L’ouvrage anthologique «Serviam, la pensée politique d’Adrien Arcand»

«Monsieur,

Nous venons de publier une anthologie du journaliste et homme politique canadien Adrien Arcand enrichie d’une préface de M. l’abbé Olivier Rioult, d’un essai philosophique de Joseph Mérel et d’une biographie établie par Rémi Tremblay. Les garde-chiourmes de la pensée unique nous ont contraints à faire imprimer le livre au Royaume-Uni (notamment parce que très antijuif) et bloqué l’accès aux réseaux de distribution classiques. Aussi aurions-nous bien besoin d’un peu d’aide pour faire connaître cet ouvrage. Vous en trouverez une présentation détaillée sur notre site à la page suivante : ou sur notre page Facebook.

En vous remerciant par avance,

Cordialement,

Secrétariat pour «Reconquista Press».

Léon Depluie contributeur à connaître de Reconquête française

Léon Depluie est un auteur régulier et très intéressant à connaître du site Reconquête française. Il traite essentiellement de l’histoire des pays en Europe, du catholicisme intransigeant et du mondialisme destructeur.
Reconquête française
Cette question de la culpabilité du capitaine Alfred Dreyfus, obscur petit officier juif de l’armée française, a divisé la France pendant plus de 10 ans. (…)
Si l’arrestation d’Alfred Dreyfus a lieu en 1894, il faudra attendre 1898 pour que l’Affaire prenne l’ampleur qu’on lui connaît. (…)
la personnalité d’Alfred Dreyfus qui, loin d’être un officier exemplaire, était en réalité très mal vu aussi bien de sa hiérarchie qu’il méprisait que de ses subordonnés qu’il brimait. Arrogant, antipathique, prétentieux et arriviste, son style « nouveau riche » agace dans une institution militaire attachée aux vieilles traditions française. (…)
Après la découverte du « bordereau » (télégramme retrouvé dans la poubelle de l’ambassadeur d’Allemagne et indiquant qu’un officier livrait des informations sur notre artillerie), l’armée a lancé une enquête qui a conduit naturellement a pointer du doigt Dreyfus, alsacien d’origine, officier d’artillerie ayant travaillé à l’état-major et mal vu de sa hiérarchie. Arrêté, on fit faire des analyses graphologiques dont une réalisée par le fameux Bertillon qui conclurent à la similitude des écritures. Dans le contexte de l’époque cette « affaire d’État » a donc logiquement conduit à un procès expéditif à travers lequel l’armée s’est débarrassée au plus vite d’un homme que tout désignait comme un traître. (…) Ce verdict fut applaudi par toute la classe politique (de Jaurès à Barrès). (…)
Dans ce contexte d’agitation quasi-révolutionnaire (Georges Sorel parle de « révolution dreyfusienne »), les républicains « dreyfusards » endossent de nouveau leurs habits préférés, ceux de défenseurs des droits inaliénables de l’individu, de la Morale universelle et de la Justice face à l’obscurantisme.
*
Le Cid s’imposa dès après sa mort dans l’imaginaire européen comme l’archétype du chevalier de la Reconquista. (…)
Là où le Moyen-Âge faisait du Cid un saint de la Reconquista, modèle de vertu chevaleresque, les temps modernes le transforment en héros de la guerre et de l’amour, tiraillé entre respect paternel et sa passion pour la belle Chimène. La pièce de Corneille Le Cid (1636) en est l’illustration la plus magistrale.
*
Dire que certains, parmi les militants de la droite nationale ou parmi les enfants de la tradition catholique, s’enorgueillissent de ressembler à ces éternels cocus, médiocres parmi les médiocres, qui a force de penser petitement finissent par agir comme tel…
Alors relevons la tête, débarrassons nous de ces faux maîtres de la subversion qui sont en réalité de vrais maîtres de l’impuissance (de Sarkozy à Marine Le Pen, de Zemmour à Finkielkraut) ! Choisissons les vérités de nos aïeux contre les fausses certitudes de nos parents ! Sursum corda ! »
*
4) L’auteur mesuré, plaide aussi en faveur d’un « complotisme raisonnable », ni crédule, ni autiste (1&2).
En deux mots: il nous faut analyser le mondialisme et les causes occultes dans leurs réalités, plus que d’en faire une mystique magique.
*
5) Un bon article à lire aussi sur la vie hors du commun de Saint-Martin de Tours, un saint patron pour la France et l’Europe, le « protecteur des rois francs, annonciateur de l’Évangile et pionnier du monachisme »…etc.