Les nationaux ont choisi la mort civilisationnelle contre nous

Les nationaux ont choisi la mort civilisationnelle contre nous.

Le plafond de verre patriotique français de toutes les tendances confondues est de 35%, les autres resteront empêtrés pour leur grande majorité dans ce modèle démocratique, en tout cas en sa version la plus molle et institutionnelle.
Le parti qui représente publiquement le camp national ne veut pas incarner la fonction d’État, et ne le voudra jamais réellement, il restera un éternel parti d’opposition au pouvoir, sans jamais parvenir à enrayer la machine.

Par ailleurs, cessez donc d’excuser nos contemporains dégénérés (en dehors de toute considération sur les allogènes) qui auraient davantage voté contre Le Pen plus qu’en faveur directe de Macron. L’élimination par défaut ne justifie ni n’excuse leur choix ultradélétère.
Les Français décadents sont bien responsables de ce qui leur arrive par leur complicité (depuis des décennies de votes foireux pour certains) : faite de délocalisation, de submersion migratoire et d’attentats islamistes…, dont ils se plaindront sans doute après coup, tels des alcoolos impuissants à casser leur bouteille.

Nos contemporains ont accepté avec consentement dans leur majorité, à travers cette croisée des chemins entre patriotisme et mondialisme, un choix anticivilisationnel qui est celui de la mort accélérée de leur propre pays qui a pourtant fait ce qu’ils sont, et qu’ils sont toujours, malgré eux et leur inconséquence.
Nous leur interdisons désormais de se lamenter de la situation, pour ce qu’ils viennent d’engendrer, et nous ne manquerons pas de leur faire savoir au quotidien. Le minimum d’un prix à payer pour avoir entraîné les éléments les plus sains dans leur volonté affichée de suicide.

Florian Rouanet

Publicités

Les entretiens actus 2016 de Militant (partie 2)

Programme économique du Front national :

La présence islamique et la responsabilité du gouvernement :

Plan Yinon et la géopolitique israélienne :

La crise agricole française :

Analyse sur la robotisation de la société :

Du populisme au nationalisme :