Phalange Saint-Martial

« Il y a un ordre divin naturel et un autre surnaturel. »
Abbé Julio Meinvielle.

* * *

La doctrine de la Phalange Saint-Martial

Provinciale

Identitaire, de sorte à exalter ce qui relève de la culture locale, sans pour autant nier le socle national, c’est-à-dire sans être ni séparatiste, ni uniformisateur. Ainsi, le problème du pan-occitanisme, en plus de ses origines et tendances gauchisantes, est qu’il mène aux doubles erreurs du régionalisme séparatiste antifrançais et à l’uniformisation de tout le Pays d’Oc ; ce qui en vient quasiment à nier les différences régionales. En France boréale (Septentrion); il existe des mouvements similaires, menant à un schéma d’opposition binaire supplémentaire, entre deux blocs sans grands fondements (Nord et Sud), que nos Rois ont unifié à travers l’histoire. Le séparatisme est né de son opposé, le jacobinisme étatiste, républicain et centraliste, qui a écrasé les provinces charnelles (naturelles) : les deux restent cependant des leurres.
Le fédéralisme est une autre tendance, en milieu catholique, qui veut en revenir à la féodalité, ce qui n’est pas non plus acceptable, car ce néo-féodalisme signifierait revenir à des sources de conflits permanents, entre duchés et comtés, et également louper le coche politique qui veut que, depuis au moins le cardinal Richelieu, en gestation dans la Monarchie, le royaume ou l’État soit centralisateur.
Nous ne ferons pas le jeu de la Nouvelle droite, néo-païenne, qui reprend ce principe fédéral antinational. Nous respectons les provinces historiques comme étant reliées à l’entité nationale avec une simple autonomie culturelle et non pas politique (dégénérant souvent en indépendantisme).
Nos deux références historiques principales sont Golfiers de Lastours, le Croisé participant à la conquête de la Terre Sainte ainsi que le Duc Eudes d’Aquitaine de la Reconquèsta méridionale (origine de la Reconquista espagnole) sur les sarrasins mahométans. Il importe d’abord agir à son échelle : pour la reconquête de l’Aquitaine et par là de la France (et, pourquoi pas, de l’Europe) !

Limoges

Les Lémovices, fondateurs de Limoges et du Limousin.

Nationale

La nation est le cercle qui réunit tous les corps intermédiaires de la société, unissant toute la communauté et ses familles dans un même destin. En somme, pour cela, il faut avoir la famille, les amis, les voisins, la province (commune, département, région), la Patrie et Notre-Seigneur au cœur, tous présents et ordonnés.
Le groupe est national dans ses résolutions, social et corporatif dans son état, jeune d’esprit et chrétien-catholique dans l’âme. Et, pour se donner un corpus doctrinal, la pensée aristotélicienne et thomiste est recommandée, par la lecture et l’étude. Nous travaillons à ce que la France soit dirigée par une élite aristocratique, celle de l’intelligence, nationale, et catholique ; et que la population blanche française soit au cœur de nos attentions (constitution ethnique faite de celtes, de romains, de francs, de scandinaves, etc).
Tout en défendant chacune des composantes de la nation et en particulier et tout spécialement la sainte religion catholique, comme seule religion de Vérité et possibilité de salut, et de la race (au sens de lignée biologique bien comprise), car il nous faut l’aimer avec fierté et justesse, sans l’idolâtrer ou la diviniser comme l’enseignait S.S. Pie XI dans Mit brennender Sorge.
Défendre notre héritage commun, par la bonne volonté, c’est essentiellement être : racialement celtique, culturellement helléno-latin, spirituellement catholique romain et politiquement franc.

13-c3a9tendard-sm1.jpg

Portons bien haut l’étendard de Saint-Martial !

Européenne

La Phalange n’est pas hostile à l’idée du rétablissement d’un Saint-Empire, comme il existait sous le Bienheureux Charlemagne, afin de retrouver son unité chrétienne via une croisade des fascismes, ce qui ferait peser à nouveau le « Vieux Continent » dans le monde, entre les États étasunien et russe.
La vocation impériale, c’est être partisan d’une sorte d’un « confédéralisme européen » composé d’États-nations centralisateurs, parce que non démocratiques, décentralisateur tant qu’il est bon de déléguer les tâches à des échelons inférieurs de la société (provinces et corporations de métiers, par exemple).
Cela n’est ni faire le jeu du fédéralisme de l’Union européenne ni celui des États-Unis d’Amérique, qui caricaturent ce principe, tout comme le mondialisme est une pâle et infâme caricature du catholicisme, que de repenser la France dans sa mission civilisatrice et spirituelle, se réalisant par sa vocation d’enseignement et de formation des intelligences et des âmes (intellectuel pour l’Empire, comme une nouvelle Athènes pour la nouvelle Rome) ; et d’en appeler à nouveau un Saint-Empire Romain Germanique pour la France et l’Europe continentale (avec ou sans la Perfide Albion).
L’Empire, bras armé de l’Église, sera logiquement chargé de rétablir une Sainte Inquisition afin d’éradiquer l’hérésie et également de lancer une reconquête de nos territoires, ainsi que d’éventuelles Croisades, afin de diffuser à nouveau la Religion Vraie sur tout le globe terrestre. Tout en restant soucieux de la conservation des patrimoines biologiques de nos différents peuples d’Europe bien sûr.
Nous sommes avant tout tous blancs et chrétiens, Européens de civilisation, et non de nation. Mais dans l’immédiat, élaborons encore cette Europe des Patries !

Saint Constantin de L'Empire romain

Saint Constantin le Grand, le premier empereur chrétien de Rome.

Universelle

Être universel, donc catholique (anti-moderniste évidemment). Défendre nos intérêts nationaux comme bien supérieurs, en vue du Bien commun universel et de notre double finalité d’homme, celui de la prospérité et de la paix de la société et du salut de l’âme, doit se faire dans le respect des autres patries charnelles qui sont autant l’expression de la richesse humaine.
Le but supérieur étant de mener le combat pour la Foi et être garant de l’Ordre naturel. Dieu reste premier servi ce qui implique de tout instaurer dans le Christ, mais encore faut-il revenir sur la loi de 1905 afin de réconcilier l’État et la Religion en redonnant toute sa place à l’Église.
L’homme Blanc et l’Occident ayant poussés le plus loin la pensée réaliste et universelle, l’intérêt de tous est sans doute de retrouver l’ancienne suprématie européenne, et concernant le renouvellement d’un éventuel Empire français, il pourra s’effectuer via un retour de la présence française en Afrique toujours d’actualité (en restant parfaitement lucide sur le fait que la vocation des populations allogènes -extra européennes- est de quitter notre sol pour retrouver leurs terres que cela plaise ou non, c’est d’ailleurs une question de survie populaire).
Nous avons la volonté de défendre cet ensemble de fondements humains et divins, qui prendra l’aspect d’une monarchie (royale ou de principe) débarrassée du libéralisme et du socialisme, tous deux matérialiste et destructeur pour l’âme humaine. Et en conclusion nous sommes donc : universels, européens, nationaux, provinciaux, et même communaux !

* * *

« Ferme sur les principes, souple avec les hommes. »
Antonio de Oliveira Salazar.

Publicités