Lancement des entretiens vidéos mensuels de Rivarol avec Jérôme Bourbon

Il est lancé pour cette nouvelle année 2018, que nous espérons chargée de diffusion de notre combat politique et civilisationnel, une série d’entretiens d’actualités pour appuyer l’hebdomadaire papier Rivarol. Il sera traité et schématisé, les derniers événements ayant suffisamment secoué les évènements nationaux et internationaux en livrant des analyses basées sur ses rédacteurs propres ; en la présence de son directeur M. Jérôme Bourbon.

Le premier entretien de janvier 2018 « Le communisme athée a fait beaucoup plus de morts que le « fanatisme religieux » » :

Sujets :
0:56 – Abandon de l’héritage historique du Front National par Marine Le Pen
20:41 – Antichristianisme étatique contre la crèche de Noël de Robert Ménard.
36:24 – Actuelle politique populiste autrichienne.
49:46 – Indépendantisme catalan vis-à-vis de l’Espagne.
1:02:14 – Donal Trump reconnaît Jérusalem comme capitale officielle d’Israël.

Pensez à vous abonner à la nouvelle chaîne vidéo !

https://www.rivarol.com
contact@rivarol.com

Publicités

Le providentialisme français est plus à l’image des juifs que le racisme germanique

« Mettons un terme à une confusion entretenue trop souvent : celle que le racisme germanique voyait une sorte de prédestination uniquement raciale et naturelle dans le principe d’organisation politique d’un peuple, et non directement religieuse. Certes, on peut le dénoncer comme une exagération, cependant, il faut leur reconnaître qu’ils ont cette particularité collective qui fait souvent d’eux des hommes rigoureux bien organisés : où est le mal ?

Ici, nombre de royalistes franco-français (ou roycautistes) veulent y voir un rapprochement avec les Juifs qui se disent peuple élu de Dieu (et c’est vrai qu’ils le furent ; cependant depuis deux millénaires et l’Incarnation de Notre-Seigneur Jésus-Christ, ils ne le sont plus du tout), alors que l’affirmation ne relève pas du même ordre, qui est religieux celui-ci. Il est surtout fait une projection mentale, en sachant que vanter par providentialisme la domination religieuse, et par conséquent politique selon eux, de la France qui serait forcément fille aînée de l’Église (1) est ici totalement à l’image des Juifs, dans le sens où on y retrouve la même prétention à cette prédestination religieuse mondiale qui viendrait directement d’une nomination de Dieu Lui-même vis-à-vis d’un peuple en particulier. La France comme nouvel Israël.

La Révélation chrétienne vient transcender tous les peuples acceptant la Vérité, sans pour autant que leur identité propre et singulière (c’est-à-dire ce qui permet de les distinguer entre eux) soit détruite. Le catholicisme n’est pas un mondialisme qui hait la nature et les particularités nationales, au contraire de ce mondialisme issu de la gnose et de la kabbale, véritable cancer de l’humanité. C’est la notion de l’ordre universel chrétien qui est fait de pluralité bien construites et ordonnées, alors que l’universalisme talmudique, lui, vient tout détruire par cosmopolitisme, destructeur des nations et véritable haine de la nature humaine.

(1) On peut mentionner en effet que le titre Christianissimus, Très-Chrétien, associé à la titulature officielle de la monarchie française faillit passer à la couronne d’Angleterre sous Henri VIII. Le pape Jules II, allié entre 1510 et 1513 avec Henri VIII d’Angleterre contre Louis XII de France, envisagea en effet de transférer le titre du monarque français au monarque anglais, rédigeant un mémoire papal à cet effet ; cependant, il n’a jamais été publié. Preuve qu’il ne faut pas accorder à ce genre d’affirmations (fille aînée de l’Église) pour la France, Très-Fidèle pour le Portugal, Défenseur de la Foi pour l’Angleterre, Majesté Apostolique pour la Hongrie, etc. un caractère doctrinal et magistériel. Ce sont des titulatures liées à la diplomatie, et changeantes comme elle. »

Source

Mes étoiles blanches

De nos jours, en même temps que la promotion de l’antiracisme d’État il est visiblement possible de produire, paradoxalement, des documents racialistes tout en recevant un prix antiraciste. Passons sur le manque de logique d’un tel état de fait, mais c’est décidé, je tente ma chance… En route vers le prix antiraciste en vantant la race !

Ma réponse au footballeur «intellectuel» à lunette.

 

Approfondir la question française et européenne

La nation, les nationalismes et l’universalité :

La France est un sol, un sang et un destin :

Les Europes et la civilisation occidentale :

Vichy/Pétain ou l’alliance de l’État et de l’Église :

«Le IIIe Reich sous la bannière du Christ»

Voici un feuillet qui compile les bonnes citations des acteurs de l’époque, qui contredit totalement les pseudo-sources médiatiques et complotistes d’après guerre. Le but est de faire lumière sur le cœur spirituel de la doctrine nationale-socialiste allemande en particulier, et de rétablir, la réalité sur la place de la chrétienté sous le IIIe Reich. La nouvelle droite et les traditionnalistes contemporains qui nous vendent un Adolf Hitler païen vont tomber de haut.

Utile pour avoir un condensé référencé et pour parfaire son argumentation dans les débats au sein du milieu afin d’espérer porter à la compréhension de tous le lien qui uni les fascismes au christianisme. Le document est principalement destinée à ceux qui sauront utiliser intelligemment ces propos, dont il faut mesurer chaque mot, avec leur profondeur et leur lourde signification.

Présentation de l’auteur :

Sous son titre volontairement provocateur, ce feuillet rassemble plusieurs citations de politiques et historiens ayant trait aux rapports entre le Reich national-socialiste et l’Église catholique.
Les vainqueurs écrivent l’histoire, et le concept d’un Reich néo-païen mangeur de chrétiens   était   plus   facile   à   faire   détester   aux   gens   qu’un   Reich   défenseur   des confessions chrétiennes. Nous découvrirons dans les citations sourcées que renferment ces pages une réalité volontairement occultée.
Le très célèbre et controversé historien anglais David Irving, spécialiste de la période de   la   seconde   guerre   mondiale,   faisait   remarquer  –   et   ce   à  juste   titre   –  que   les historiens modernes se cantonnaient à se citer entre eux, cela amenant évidemment à de scandaleuses déformations de la réalité et à la propagation de bien des mensonges.
Il nous a donc semblé plus pertinent de viser directement les sources historiques intéressant notre étude, afin de rester le plus factuel possible. Puisse notre humble travail de compilation susciter une saine curiosité chez les personnes de bonne foi, et apporter du matériel utile aux combattants de la vérité dans leurs débats contre les défenseurs agressifs de l’histoire officielle.

Télécharger le document complet en format PDF

Lire aussi «Mit brennender Sorge et le IIIe Reich»