Catholicisme, régionalisme et racialisme (Breiz Atao)

Catholicisme et racialisme (STUR n° 10 Juillet 1937), relai d’une lettre envoyé à Breiz Atao :

Monsieur le Directeur,

Chacun sait combien hospitalière est votre Tribune libre.Aussi, bien que je n’aie aucun titre à me faire entendre de vos lecteurs, me permettrez-vous sans doute d’exprimer mon sentiment sur certaines critiques dont a été récemment l’objet votre revue…

…Ce n’est pas tout de proclamer que l’on se refuse, éventuellement, à « marcher » dans la coalition militaire que nos voisins de l’Est préparent sur le Rhin, contre leur « ennemi héréditaire ». Il est pour le moins inopportun de se laisser embrigader dans la croisade idéologique qui doit créer le « climat » propre à favoriser le conflit, et dont les animateurs sont les Juifs et bolchevisants de tout poil, grassement financés par les banksters de l’économie démolibérale.

Il est déjà asez surprenant de voir les Catholiques français, dont la clairvoyance politique est connue, adopter avec entrain les slogans staliniens. Au moins, ont-ils l’excuse d’un sentiment national rendu d’une sensibilité maladive par la puissance croissante de l’adversaire d’hier.

Quelle excuse ont des nationalistes bretons à leur emboîter le pas ? On croit rêver quand on en voit quelques uns, — j’espère qu’ils sont infiniment peu nombreux, — présenter le racismebreton comme la doctrine de Ludendorff ou, simplement, de… Rosenberg, et donc incompatible, de sa nature avec le Christianisme, plus spécialement avec la religion catholique. Ils ont du, pour atteindre leur but, faire appel à des roueries de plume dignes de la meilleure tradition universitaire française. Est-ce ainsi que nous donnerons aux étrangers une idée de la loyauté bretonne, et de la mentalité « héroïco-chevaleresque » des Celtes ?

Quand, à nous, il nous parait plus indiqué de nous reporter à un document qu’aucun catholique ne récusera, à l’Encyclique du 14 mars 1937, relative aux affaires religieuses d’Allemagne.

Le Pape, d’une part, y proteste contre ce qu’il appelle les violations par le Reich du Concordat conclu avec le Vatican ; d’autre part, il y condamne, à la fois, et les fantaisies des prétendues religions néo-païennes à la Ludendorff, à la Reventlow, à la Hauer — qui ont eu du reste, en maintes occasions, à subir les foudres de la police du Reich, autrement gênantes pour leur activité ! — et les interprétations plus ou moins mythiques que l’esprit compliqué de certains Baltes fait subir aux réalités du sol et du sang. Mais cela n’est pas du racismec’est du paganisme, plus ou moins heureusement exprimé, soit dit en passant.

On n’aperçoit pas en quoi la lutte qui met aux prises en Allemagne l’Eglise et l’Etat, et sur laquelle nous n’avons même pas ici à essayer de nous former une opinion, pourrait bien influencer le jugement à porter sur la doctrine raciste exprimée dans les organes bretons ! Leracisme, en tant que weltanschauung, vision du monde culturelle, sociale et politique, aussi bien qu’en tant que théorie scientifique, n’a rien à voir avec les contingences des vicissitudes diplomatiques ou administratives, ni même avec les applications pratiques que peut en faire un état. Il est aussi sot, ou aussi perfide, d’affecter de confondre le système philosophique duracisme, lequel propose une organisation de la vie susceptible de s’accommoder de toutes les religions, de toutes les confessions — comme, du reste, de toutes les incroyances et de tous les agnosticismes — avec les fantaisies idéologiques qui prétendent donner une valeur religieuse à des éléments, quels qu’ils soient, de l’ordre naturel et humain.

Le Pape, certes, est loin de commettre de telles confusions. Sa parole sanctionne, au contraire, et de façon solennelle, les principes de l’authentique racisme, dont personne ne peut nous empêcher de nous inspirer pour construire la Cité que nous rêvons.

S’ils lisaient l’Ecyclique Mit Brennender Sorge — mais la liront-il jamais ? — les adversaires imprévus de Stur y trouveraient la plus explicite confirmation, la plus éclatante justification qui ait jamais été faite du racisme, qu’ils font semblant d’exécrer.

Mettez-leur donc sous les yeux ces quelques lignes de Pie XI :

« La race, le peuple… valeurs fondamentales de la communauté humaine, choses qui tiennent dans l’ordre terrestre une place nécessaire et honorable… »

Peut-on souhaiter camouflet plus retentissant appliqué à la face des Catholiques dévoyés, desheitmatlos et des déracinés de tout acabit ? Les contempteurs du racisme qui, d’ordinaire, ne maudissent tant la race que parce qu’ils sont incertains de la leur, sont au moins aussi réprouvés par les anathèmes pontificaux que peuvent l’être les adorateurs de Wotan, des corbeaux d’Odin et du marteau de Thor — à qui c’est faire beaucoup d’honneur que de les prendre au sérieux à ce point.

Le Souverain Pontife continue :

« Sous la coupole de l’Eglise qui, comme le firmament, recouvre la terre entière, il y a une patrie pour tous les peuples et toutes les langues, il y a place pour le développement de toutes les qualités particulières, de tous les avantages, de toutes les tâches et vocations concédés par le Dieu créateur et Sauveur tant aux individus qu’aux communautés ethniques. Le cœur maternel de l’Eglise est assez grand et assez large pour voir, dans l’épanouissement voulu de Dieu de ces caractères et de ces dons propres à chacun, la richesse de la variété plus que le péril des divergences. Elle se réjouit des supériorités spirituelles des individus et des peuples. Elle voit, avec une joie et une fierté toutes maternelles, dans les succès remportés par eux, des fruits d’éducation et de progrès qu’Elle bénit et encourage…

« Nul ne songe, certes à barrer la route qui doit conduire la jeunesse allemande à la constitution d’une vraie communauté ethnique, dans le noble amour de la liberté, l’inviolable fidélité à la patrie… »

Hé, hé ! Si la jeunesse de chez nous pouvait réaliser l’idéal que « la plus haute autorité spirituelle du monde » propose à la jeunesse de ce grand pays, ce ne serait pas si mal !…

Faut-il, pour éclairer la religion de vos contradicteurs par trop improvisés, le témoignage d’une personnalité allemande qui paraisse susceptible de porter sur la condition religieuse de son pays un jugement autorisé, soumettez leur ces extraits d’un sermon : Christianisme et Germanisme,prononcé par le Cardinal Faulhaber en l’église Saint-Michel de Munich le 31 décembre 1933 :

« Ma conviction est que la défense du christianisme se confond avec la défense du germanisme… Race et christianisme ne constituent pas des oppositions, mais des ordres différents. La race est d’ordre naturel, le christianisme est révélation et par conséquent d’ordre surnaturel… Du point de vue de l’Eglise, il n’y a aucune objection à faire aux recherches raciales conduites objectivement non plus qu’à la culture de la race. Il n’y a aucune objection à faire au désir et au souci de maintenir les particularités ethniques d’une nation aussi pures que possible de toute altération et d’approfondir le sens de la communauté du sang. »

Il existe donc un racisme catholique et ce serait se montrer parfaitement ridicule que de vouloir passer pour plus catholiques que le Pape, et de prétendre être meilleurs défenseurs ducatholicisme… en Allemagne que le Cardinal Faulhaber !

Les attaques inconsidérées qu’on lance contre le racisme au nom — parait-il ! — de l’orthodoxie catholique ne sont peut-être qu’une manœuvre, et ne croit-on pas un mot de ce qu’on écrit ? De la part de croyants qui ainsi n’hésiteraient pas à prostituer leur foi en la mettant au service de leurs petites intrigues personnelles, le procédé serait odieux et, du seul point de vue religieux, il condamnerait ceux qui se permettraient une pareille exploitation des sentiments chrétiens de leurs compatriotes de bonne foi.

S’il n’entre, dans leur cas, que de l’ignorance, elle n’est pas à l’honneur de ceux qui en sont affligés.

Veuillez croire, Monsieur le Directeur, à mes sentiments d’excellente confraternité bretonne.

Breiz Atao 2011

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.