Judaïsme et franc-maçonnerie ou la judéo-maçonnerie – Deus Vult

L’esprit de la franc-maçonnerie, c’est l’esprit du judaïsme dans ses croyances fondamentales : ce sont ses idées, c’est son langage, c’est presque son organisation.

LES AFFINITÉS QUI UNISSENT JUIFS ET MAÇONS

Léon de Poncins explique :

Les affinités qui unissent Juifs et Maçons ont été maintes fois signalées dans les ouvrages consacrés à l’étude de la franc-maçonnerie et Mgr Jouan créa le mot de ‘judéo-maçonnerie’ qui est resté d’usage courant.

Passons en revue les principales de ces affinités :

♦ Affinités en matière d’idéologie

L’occultisme maçonnique est issu en majeure partie de la cabale juive.

Quant au rationalisme maçonnique, nous savons qu’il s’est exprimé dans la déclaration des droits de l’homme de 1789, codification de l’idéologie révolutionnaire.

Quels rapports avec le judaïsme ?

Celui qu’exprimait en ces termes le grand rabbin de France, Jo Sitruk :

Le judaïsme imprègne tout le monde moderne, notamment avec la Révolution et la déclaration des droits de l’homme.

♦ Affinités en matière de symbolisme et de rituels

Voyons ce qu’écrivait le cardinal Caro y Rodriguez :

Le rituel maçonnique manifeste son origine judaïque. Les armoiries où se retrouvent les différentes figures de chérubins décrites dans la seconde vision d’Ezechiel, un bœuf, un homme, un lion et un aigle ; les deux colonnes du temple maçonnique se présentant comme un souvenir du temple de Salomon ; la reconstruction du temple, expression qui sert à qualifier l’œuvre maçonnique ; les légendes et enseignements tirés en grande partie de la Bible et presque toujours mélangés avec la tradition des corporations de maçons ; et tout spécialement la légende d’Hiram qui joue un rôle si important dans le rituel ; diverses dénominations comme les noms des colonnes du temple, Boaz et Jakin, les mots de reconnaissance et mots de passe comme Tubal-Cain, Schiboleth, Machenac, Giblem ou Moabon, Nekum ou Nekam, Abibale etc…

Le cardinal ajoute :

L’importance attachée aux nombres, ce qui est une caractéristique de la kabbale, est un autre témoignage de l’influence kabbalistique sur la franc-maçonnerie.

♦ Affinités en matière d’organisation

Pendant les 17 siècles qui suivirent la destruction de Jérusalem et de son Temple par Titus (an 70), la nation juive a vécu dans la dispersion et a acquis par le fait même une maitrise très poussée des appareils secrets.

Lorsqu’elle s’organise dans ses structures actuelles, au début du XVIIIème siècle, la franc-maçonnerie fait également preuve de la même maitrise qui donne l’impression de lui être connaturelle.

À-t-elle emprunté à la nation juive cette technique difficile ? C’est la thèse que soutient, avec des arguments convaincants, l’ancien franc-maçon Copin-Albancelli dans son livre ‘Le drame maçonnique – La conjuration juive contre le monde chrétien’.

♦ Affinités dans les objectifs

Un même idéal messianique de bonheur terrestre, la même attente d’un impossible millénium animant le judaïsme (talmudique) et la franc-maçonnerie. Même hostilité à l’égard de l’Église catholique. Même tendance à favoriser en définitive les régimes révolutionnaires.

TÉMOIGNAGES D’AUTEURS JUIFS

De nombreux auteurs juifs ont constaté ces affinités.

-Le rabbin Elie Benamozegh :

L’esprit de la Maçonnerie c’est l’esprit du Judaïsme dans ses croyances les plus fondamentales ; ce sont des idées, c’est son langage, c’est presque son organisation.

L’espérance qui soutient et fortifie la F.M. est celle qui éclaire et affermit Israël en sa voie douloureuse en lui montrant dans l’avenir le triomphe certain. L’avènement des temps messianiques, qu’est-il autre chose sinon la constatation solennelle et la proclamation définitive des éternels principes de fraternité et d’amour, l’association de tous les cœurs et de tous les efforts dans l’intérêt de chacun et de tous, le couronnement de cette merveilleuse maison de prières de tous les peuples dont Jérusalem sera le centre et le symbole triomphant.

-Le rabbin Isaac Wise :

La maçonnerie est une institution juive dont l’histoire, les degrés, les charges, les mots de passe sont juifs du commencement jusqu’à la fin.

-The Jewish Tribune :

La maçonnerie est basée sur le Judaïsme. Éliminez du rituel maçonnique les enseignements du judaïsme, qu’en reste-t-il ?

-Disraeli :

Se référant aux événements de 1848, cet homme d’État britannique déclarait en 1952, à la Chambre des Communes :

L’égalité naturelle des hommes et l’abrogation de la propriété sont proclamées par les sociétés secrètes qui forment des gouvernements provisoires ; et des hommes de race juive se trouvent à la tête de chacune d’entre elles.

-Les Archives israélites :

Mr Jules Lemaitre fait semblant de croire que la franc-maçonnerie est d’origine juive : il n’a point tort. Il y a bien des choses plus difficiles à prouver que celle-là.

-Bernard Lazare :

Quels furent maintenant les rapports des Juifs et de ces sociétés secrètes ? Voilà qui n’est pas facile à élucider, car les documents sérieux nous manquent. Évidemment, ils ne dominèrent pas dans ces associations, comme le prétendent les écrivains que je viens de nommer, ils ne furent pas ‘nécessairement l’âme, le chef, le grand-maitre de la maçonnerie’ ainsi que l’affirme Gougenot des Mousseaux. Il est certain cependant qu’il y eut des Juifs au berceau même de la franc-maçonnerie, des Juifs kabbalistes, ainsi que le prouvent certains rites conservés ; très probablement, pendant les années qui précédèrent la Révolution Française, ils entrèrent en plus grand nombre encore dans les conseils de cette société, et fondèrent eux-mêmes des sociétés secrètes. Il y eut des Juifs autour de Weishaupt, et Martinez de Pasqualis, un Juif d’origine portugaise, organisa de nombreux groupes illuministes en France et recruta beaucoup d’adeptes qu’il initiait au dogme de la réintégration.

Les loges martinezistes furent mystiques, tandis que les autres ordres de la franc-maçonnerie étaient plutôt rationalistes ; ce qui peut permettre de dire que les sociétés secrètes représentèrent les deux côtés de l’esprit juif : le rationalisme pratique et le panthéisme, ce panthéisme qui, reflet métaphysique de la croyance au dieu un, aboutit parfois à la théurgie kabbalistique. On montrerait facilement l’accord de ces deux tendances, l’alliance de Cazotte, de Cagliostro, de Martinez, de Saint-Martin, du compte de Saint-Germain, d’Eckartshausen, avec les encyclopédistes et les jacobins, et la façon dont, malgré leur opposition, ils arrivèrent au même résultat, c’est-à-dire, l’affaiblissement du christianisme. Cela encore une fois servirait uniquement à prouver que les Juifs purent être les bons agents des sociétés secrètes, parce que les doctrines de ces sociétés secrètes s’accordaient avec leurs propres doctrines, mais non qu’ils en furent les initiateurs.

-Elie Faure :

Dans son livre ‘L’âme juive’, édité à la gloire et à la défense des Israélites, Elie Faure a caractérisé ainsi l’action de l’esprit juif sur la société contemporaine :

De Maimonide à Charlie Chaplin, la trace est facile à suivre, bien que la circulation de l’esprit juif ait été, pour ainsi dire, impondérable et qu’on ne se soit aperçu qu’après son passage de sa puissance de désagrégation… Freud, Einstein, Marcel Proust, Charlie Chaplin ont ouvert en nous, en tous sens, de prodigieuses avenues qui renversent les cloisons de l’édifice classique gréco-latin et catholique, au sein duquel le doute ardent de l’âme juive guettait, depuis cinq ou six siècles, les occasions de l’ébranler… en attendant que, de cette négation même, s’ébauchât peu à peu UN NOUVEL ÉDIFICE PROFONDÉMENT MARQUÉ D’UNE INTELLIGENCE ACHARNÉE À ÉCARTER TOUJOURS LE SURNATUREL DE L’HORIZON DE L’HOMME.

‘Une intelligence acharnée à écarter toujours le surnaturel de l’horizon de l’homme’ : cette formule caractérise, selon Elie Faure, un certain esprit juif : elle caractérise aussi le rationalisme maçonnique : d’où l’évidence d’une parenté profonde entre l’un et l’autre.

De ces extraits, retenons particulièrement :

  • Celui de Disraeli montrant les trois principaux échelons du pouvoir politique dans le monde actuel.
  • Celui de Bernard Lazare : « Les société secrètes représentent les deux côtés de l’esprit juif : le rationalisme pratique et le panthéisme… qui aboutit parfois à la théurgie kabbalistique. »

Source : ‘Connaissance élémentaire de la franc-maçonnerie’ – Arnaud de LASSUS

La judéo-maçonnerie étant la contre-Église, souhaitant la mort du catholicisme, nous devons lutter contre le fléau maçonnique !

Rejoins le combat pour le Vrai, le Beau et le Bien, rejoins les troupes du Christ Roi.

Deus Vult !

Pour aller plus loin sur ce sujet :

– Les papes et la franc-maçonnerie

– Révélations d’un franc-maçon

– 300 ans d’imposture

– La ‘charité’ gauchiste et perverse de la maçonnerie

– Pourquoi le fascisme a supprimé la maçonnerie ?

– La France sous étreinte maçonnique

– Liberté Égalité Fraternité…

– Le génocide maçonnique

– Serge Abad Gallardo, ancien FM, raconte

 

Source

Publicités

Une réflexion au sujet de « Judaïsme et franc-maçonnerie ou la judéo-maçonnerie – Deus Vult »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s