Petit catalogue des principales oppositions de la FSSPX avec la doctrine catholique par l’abbé Zins

«Petit catalogue des principales oppositions de la FSSPX avec la doctrine catholique ou bérésina doctrinale du lefebvrisme». Ce petit Catalogue de 2002 résume les erreurs de la FSSPX en 55 points, comporte 170 pages en format ordinaire (A 5), et son prix est fixé à 12€ + 4,50€ de frais de port.

« Cet ouvrage est nommé Catalogue, en tant qu’il cite de manière logiquement classée et démontre brièvement les principales oppositions des thèses des traditionalistes lefebvristes avec la doctrine bi-millénaire de l’Église Catholique.

Il est dit petit, en comparaison au grand, paru début 2001 et toujours disponible. Si celui-là était publié dans le format de celui que vous avez en mains, il compterait environ 2000 pages.
L’objet du grand est beaucoup plus étendu. Une comparaison sur de multiples sujets des diverses orientations et tendances  actuelles s’y trouve publiée sur quatre colonnes de front en face de la doctrine officielle des Papes, Conciles et Docteurs de l’Église.
En raison de cette extension et à cause de la dizaine de tables analytiques qui permettent de l’utiliser comme un dictionnaire, certains lecteurs l’ont comparé à une petite encyclopédie.

Dans le Petit Catalogue  présent, on s’en tient donc de manière succincte mais très précise aux principales erreurs des traditionalistes lefebvristes.

Voici le procédé  utilisé: 1. chaque erreur est  d’abord résumée en une brève proposition; 2.  divers textes choisis dans les publications  traditionalistes démontrent ensuite que telle est bien leur en chaque point ; 3. l’opposition de ces assertions fausses, et pour plus d’une déjà condamnées par le Magistère de l’Église, est rendue  enfin manifeste par la citation des documents officiels des Papes, Conciles, et Saints Docteurs de l’Église Catholique.»

Composition : Février  – Avril 2002.
Parution dans la revue  : 2e, 3e et 4e trimestre  2002
Édition sous forme de  livre : 4etrimestre 2002.

-*-

Editions Sub Tuum Praesidium, Notre Dame de l’Epine 53480 Saint Léger en Charnie France

À commander aux Editions Sub Tuum Praesidium, à l’ordre de M. l’Abbé V.M. Zins, ou à son C.C.P. Nantes 6312 26 Z. iban : FR16 2004 1010 1106 3122 6Z03 210 ; bic : PSSTFRPPNTE. Adresse Notre Dame de l’Épine, 53480  Saint Léger-en-Charnie, France.

-*-

M. L’Abbé V.M. Zins dirige la revue trimestrielle Sub Tuum Praesidium, dont 124 numéros ont paru depuis sa fondation, en octobre 1985,et continue jusqu’à aujourd’hui. Elle comporte un éditorial et les 4 rubriques suivantes : 1. Le grand moyen de la Prière, 2. L’Echo de la Tradition, 3. Actualité doctrinale, 4. Liaison des lecteurs. Abonnement pour un an (4 n°) : France ; Europe ; par avion : 22€.

Sources supplémentaires

13 commentaires sur “Petit catalogue des principales oppositions de la FSSPX avec la doctrine catholique par l’abbé Zins

  1. Mais encore, cela est parfaitement applicable aux organisations parallèles ( non una cum ) qui ne sont que des satellites de la FSSPX dans l’absolu.Exercice du pouvoir d’ordre (illicite) sans aucune mission et juridiction ect….

    1. En effet, le monde tradi au sens large est hors cadre romain c’est vrai. Mais ou est le pouvoir de juridiction aujourd’hui ? Telle est la grande question à laquelle l’abbé Jacqumin a très bien répondu. Selon la Somme théologique de Saint Thomas et de nombreux docteurs de l’Église : quelqu’un qui professe l’hérésie sort irrémédiablement de l’Église par lui-même (perte du pouvoir d’ordre) et son pouvoir de juridiction demeure nul de fait. À une situation inédite (crise de l’autorité), réponse inédite. Il ne reste ce pouvoir qu’au travers des derniers défenseurs (de la foi, de ses sacrements, de ses dogmes, de sa liturgie) parmi les fidèles.

      En revanche, ce livre porte plus largement sur tous les sujets dans lesquels le lefebvrisme se fourvoie par rapport à la doctrine catholique comme le précise le titre (infaillibilité pontificale restreinte volontairement, méconnaissance du rôle intrinsèque du Pape, oublie de la suppléance divine des sacrements, reconnaissance d’une fausse autorité, croire qu’il est possible de résister a une vraie autorité, mode et objet précis du Magistère de l’Église…).

      1. Si je comprends bien , hors cadre de la Sainte Eglise Catholique , une, sainte, Apostolique !? ..
        Non , une personne hérétique ou schismatique ne perd pas son pouvoir d’Ordre reçu dans l’ordination sacerdotale mais le pouvoir de Juridiction, celui de gouverner , d’instruire, de sanctifier , d’enseigner ect… c’est la Can 188.4 d’ailleurs.

        Toutefois, l’abbé Jacqmin a surtout reproduit le sophisme ( hérésie) de Martin Luther en plus élaboré : Jésus-Christ supplée l’absence mission.
        Mais , il y a que deux missions possible dans l’église Catholique , l’une Ordinaire et l’autre extraordinaire.

        Explication:

        R. P. Jean Le jeune, Le missionnaire de l’oratoire, Tome III, Berche et Tralin Ed., 1879, p. 325 et 326 – Quatrième point :

        La quatrième et dernière marque de la vraie Église, c’est qu’elle doit être apostolique, c’est-à-dire descendue des Apôtres, envoyée comme les Apôtres; car apôtre veut dire envoyé; personne ne peut parler de la part de Dieu s’il n’est envoyé de lui : Quomodo praedicabunt nisi mittantur ?
        Le Fils de Dieu même n’est venu au monde que par mission et envoi de son Père: Misit Deus Filium suum.
        Il y a deux sortes de mission : une ordinaire, l’autre extraordinaire; l’ordinaire, c’est lorsque vous êtes envoyé de ceux que Dieu a envoyés et que vous êtes descendu de succession en succession de ceux que Dieu a établis ; ainsi Jésus disait au peuple : Faites ce que les Scribes et Pharisiens vous diront, parce qu’ils sont assis sur la chaire de Moïse ( Matth. 23,2 ), c’est-à-dire qu’ils lui ont succédé.
        La mission extraordinaire est quand Dieu suscite quelqu’un et l’envoie immédiatement, et lors il faut qu’il montre son mandement, ses bulles et patentes qui sont les miracles, ou bien on ne le doit pas croire; autrement il faudrait recevoir Mahomet ou quelque autre hypocrite qui dirait que Dieu l’a envoyé.
        Jésus disait des juifs : Si je n’eusse fait les œuvres que j’ai faites parmi eux, ils ne commettraient point de péché en me répudiant, mais ils n’ont point d’excuse.
        Si un courrier allait en une ville frontière dire, de la part du roi, qu’on tienne jusques à minuit les portes ouvertes, parce que Sa Majesté y doit arriver à cette heure-là, on lui dirait : Montrez les lettres du roi, à faute de quoi on fermerait les portes; et, quand bien le roi demeurerait dehors, il ne le trouverait pas mauvais, il y aurait belle excuse. Calvin, Luther, Bèze, ne sont pas envoyés de Dieu extraordinairement : où sont leurs patentes ? où sont leurs miracles ? Ils avouent qu’ils n’en peuvent faire, et qu’il ne s’en fait plus, non pas en leur église prétendue, mais très souvent en la romaine.
        Qui est-ce qui peut reprocher ceux qui se font si souvent à Riom en Auvergne, à Troyes en Champagne et en tant d’églises où la Vierge se fait honorer ?
        Calvin et Luther n’ont pas aussi la mission ordinaire : à qui ont-ils succédé ? quel est l’évêque ou le prélat qui les a envoyés ?
        R. P. Jean Le jeune, Le missionnaire de l’oratoire, Tome III, Berche et Tralin Ed., 1879, p. 325 et 326

        Ainsi , vous inverser la nature du pouvoir de haut en bas a celui du bas en haut, en somme une contradiction logique avec la nature de la constitution de l’église.

        EXPOSITION DES PRINCIPES DU DROIT CANONIQUE , S.E Le Cardinal GOUSSET, 1859.p.27,écrit :
        Tant d’exemple d’anathèmes,lancés contre ceux qui attaquant la discipline,prouvent que l’Église a toujours cru qu’elle était étroitement liée aux dogme,
        qu’elle ne peut jamais être changé que par la puissance ecclésiastique,à laquelle seule il appartient de juger si ce qui a été observé jusqu’ici est sans
        avantage,ou s’il y a nécessité de procurer un plus grand bien.

      2. Pour savoir à qui j’ai à faire : êtes-vous lefebvriste ? Ainsi, partisan FSSSPX comme williamsoniste. Auquel cas vous croyez en l’existence de deux Églises « Catholique, Une, Sainte, Apostolique » l’une tradie avec la foi et l’autre vaticane avec la juridiction (avec la première désobéissant à la seconde qui serait pourtant une « véritable hiérarchie »)… La leçon de morale serait ainsi très mal venue.

        Cette définition de l’Église « Vatican = Église » est foireuse puisque ne sont plus distillés les mêmes sacrements, ni la même foi, ni la même liturgie depuis Vatican II. Se serait une définition trop géographique ou même nominaliste.

        « Quant au pouvoir de juridiction, il est conféré par simple investiture humaine. Ce pouvoir ne demeure pas immuable. Et il ne subsiste pas chez les schismatiques et les hérétiques. »
        Saint-Thomas-d’Aquin, Somme théologique, IIa-IIae, qu. 39, art. 3.

        Le pouvoir de juridiction cesse à l’instant même où l’on se sort soit même de l’Église par l’hérésie ou l’apostasie. Nous restons cependant attachés à la personne morale (non physique) du Saint-Siège qui demeurera jusqu’à la fin des temps.

  2. Je suis simplement « Catholique, Une, Sainte, Apostolique » !..
    simple investiture humaine ou simplement droit ecclésiastique pour les ( diacres et prêtres ) de L’évêque du diocèse car s’exercent par délégation . Ainsi, a défaut d’investiture ecclésiastique de qui de droit,( Juridiction de L’évêque du diocèse par exemple ), les diacres et prêtres ne pouvant prétendre a aucune forme de juridiction quelconque.Car d’origine la hiérarchie de Juridiction est d’institution divine par Jésus-Christ.
    Seul le souverain Pontife et les L’évêques des diocèses ont la juridiction de droit divin et non humaine .A contrario et concernent les autres organes de pouvoir Judiciaire , ils ne sont que de droit ecclésiastique … Comme les Métropolitains , les pro-préfet apostoliques , la S. Rote romaine , S. Congrégation du S. Office , les abbés et les prélats nullius, les administrateurs apostoliques nommés à titre,diacres et prêtres dans un diocèse particulier.

    En conséquent pour les diacres et prêtres en général :

    DES CURÉS ET DE LEURS DROITS DANS L’ÉGLISE, D’APRES LES MONUMENTS DE LA TRADITION.
    Par M. l’Abbé A. SIONNET – PARIS, LIBRAIRIE CATHOLIQUE DE P.-J. CAMUS, Rue Cassetle, 20 , près Saint-Supplice. 1845 -p. 239 :

    Jésus-Christ, par les mots pasce et pascite, donna la juridiction au Pape et aux évêques, avec la faculté nécessaire à tout bon gouvernement de déléguer. Ils ont la source du pouvoir,et ce qui ne vient pas d’eux est nul.Le pouvoir de juridiction cesse par l’hérésie et ( ou ) le schisme d’ailleurs , mais cette cessation ne transfère aucune juridiction a personne !…Car la juridiction est une mission canonique et désignation de sujets de l’autorité légitime a un inférieur quelconque.

    PS : aux évêques avec mission canonique sur un territoire ( Diocèse particulier ) du souverain Pontife. Par suite l’ évêque du diocèse donnent l’investiture ecclésiastique, mission ( juridiction, ordinaire ou délégué ) a un diacre ou a un prêtre dans une paroisse dans son diocèse.

    R.P. Augustine, A COMMENTARY ON THE NEW CODE OF CANON LAW, t.2, p.47-48 :
    Can. 109

    La première clause de ce canon, laquelle fut prise des canons dogmatiques du Concile de Trente, est dirigée contre certaines innovations ayant éclos tout au long de l’histoire de l’Église, mais qui ont été introduites plus spécifiquement par les soi-disants réformateurs du seizième siècle. […] La « mission canonique » est nécessaire pour tous ceux qui sont inférieurs au Pape. Et donc, puisque Notre Seigneur envoya ses Apôtres, ceux-ci, à leur tour, en envoya d’autres pour exercer leur pouvoir spirituel avec autorité, et, sans cette licence, aucun n’a autorité dans l’Église.

    On réunit sous le meme nom, de pouvoir de juridiction le pouvoir de magistère & le pouvoir de juridiction proprement dit , toutefois , les trois notions d’ordre ,de magistère et juridiction étant formellement distinctes.Par abrégé et pour commodité, on emploi cependant, la division bipartie : ordre & juridiction.

    DICTIONAIRE DE THÉOLOGIE CATHOLIQUE. J.M.A .VACANT,E.MANGENOT.L’exposé des doctrines de la Théologie Catholique.LETOUZEY ET ANE.ÉDITEUR.PARIS.1908. t.III.col.896, écrit :

    2) POUVOIR DE JURIDICTION – Sa nécessité:

    [i]Pour entendre validement les confessions,deux choses sont requises,dit Saint Thomas : La puissance sacerdotale et la juridiction.Ainsi l’exige la nature même du sacrement. Car la sentence prononcée par le confesseur est un acte de nature strictement judiciaire,l’aveu du pénitent est la matière d’un jugement authentique,rendu au nom du souverain juge et de l’Église.Pour recevoir cet aveu et prononcer cette sentence,il faut donc être investi d’un mandat officiel,que seul l’autorité ecclésiastique est en droit de conférer.Le pouvoir de juridiction a été confié à Pierre comme aux mandataire suprême,mais pour être dérivé par lui aux ministres de l’Église.

    1. Définition facile de se dire simplement catholique, je vous demandais d’expliciter.

      En effet, en cadre ordinaire aucun sacrement d’ordre ne peut être administré en dehors des lignées romaines, chose qui se comprend parfaitement et que je connais très bien en tant que doctrine catholique. Cela fait même partie de l’Être de l’Église. Se pose maintenant la question de l’hérésie moderniste qui une fois professée qui fait sortir irrémédiablement le concerné de l’Église du Christ, et ce depuis Vatican II l’apostasie est quelque peu généralisée. L’Église-société comme toute société a deux états, celui ordinaire et celui en cas de « guerre ». Il faut avoir le sens de l’exception pour ne pas laisser mourir aujourd’hui : la foi, les sacrements de la foi et la liturgie de l’Église sous nos yeux impuissants… Le cas que connut les catholiques chinois sous le communiste antichrétien Mao est prégnant en ce sens. Pie XII en connaissance de cause ne les a jamais condamnés alors que leurs clercs étaient passés parfois de simples prêtres à évêques, sans contact direct avec la hiérarchie (et l’on comprend aisément pourquoi). Pie XII l’a administré il l’aurait condamné. C’est tendancieux, je l’admets, mais autrement sans cela il ne resterait plus que la suppléance de Dieu, sans sacrement, et pour le monde entier…

      Où se trouve actuellement la juridiction selon vos analyses ? Chez les mal-nommés « conciliaires » ? Nous aurions la foi et eux la juridiction donc ?

      1. D’évidence , il y a une chose que vous ne comprenez strictement pas !?.. Je ne vous parle pas de la lignée romaine actuelle .
        Aucun sacrement d’ordre ne peut être administré en dehors de la JURIDICTION d’un successeur des Apotres Légitime !… Car l’apostolicité comme note est sous le rapport de la Juridiction ….Est-ce que vous comprenez ?..Catholique,Sainte,Une, APOSTOLIQUE !…
        Si dans une église quelconque il y a plus la note d’Apostolicité c’est formellement pas l’église de NSJC mais autre chose de pas Apostolique comme les schismatiques Orthodoxes ou la multitude d’églises protestantes ect… L’église Catholique de NSJC est aussi une société JURIDIQUE PARFAITE , Les lois universelles (tel les lois canoniques du CIC 1917) sont infaillibles en ce sens que rien ne saurait y être dommageable pour la société chrétienne.

  3. J’ai oublié un espace :

    ES CURÉS ET DE LEURS DROITS DANS L’ÉGLISE, D’APRES LES MONUMENTS DE LA TRADITION.
    Par M. l’Abbé A. SIONNET – PARIS, LIBRAIRIE CATHOLIQUE DE P.-J. CAMUS, Rue Cassetle, 20 , près Saint-Supplice. 1845 -p. 239 :

    Jésus-Christ, par les mots pasce et pascite, donna la juridiction au Pape et aux évêques, avec la faculté nécessaire à tout bon gouvernement de déléguer. Ils ont la source du pouvoir,et ce qui ne vient pas d’eux est nul.

  4. Florian Rouanet « Où se trouve actuellement la juridiction selon vos analyses ? Chez les mal-nommés « conciliaires » ? Nous aurions la foi et eux la juridiction donc ? »
    Par voie de fait , il y a plus d’Apostolicité dans aucune « églises » actuellement et visiblement, donc plus d’Eglise Catholique , sainte , Une , APOSTOLIQUE de NSJC avec sa hiérarchie sacrée , soit Ordre & JURIDICTION comme la institué Jésus-Christ.
    Ni les conciliaires , ni les Lefebvristes , ni les églises sédévacantistes , ni les guérardien !…

    Où se trouve actuellement l’Apostolicité (Juridiction) selon vos analyses ?

  5. Bon je vois la ligne exprimée. Vous pouvez vous reporter à tout cet échange effectué avec « Gaston » sur cette vidéo. C’est le même discours. Je n’ai plus le temps pour discutailler autour du thème : https://www.youtube.com/watch?v=1nEP2KHLeNE

    Je connais la doctrine de l’Ordre et de la Juridiction, nécessaire à l’Être de l’Église, mais si cette juridiction n’existe plus du tout ou perdurait chez les hérétiques conciliaires alors l’Église corps mystique du Christ est morte, « les portes de l’Enfer ont prévalu » (sic), or c’est chose ontologiquement impossible évidemment.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.