Mit brennender Sorge et le IIIe Reich

«Mit brennender Sorge ne fut pas une condamnation du national-socialisme en tant que tel (l’expression «national-socialisme» n’est pas évoquée une seule fois dans cette encyclique) ; cette encyclique fut seulement une mise en garde, un nécessaire un rappel des exigences de la morale chrétienne suscité par certaines tendances inquiétantes du régime hitlérien ; suggérer que le national-socialisme aurait été condamné au même titre que le communisme (qui lui seul fut qualifié d’intrinsèquement pervers) relève de la forfaiture.»
Stepinac – De quelques problèmes politico-religieux contemporains.

Le pape évoque dans cette encyclique des «inquiétudes», par rapport à l’actualité du Concordat, qui a été bénéfique pour les Allemands (tout premier statut officiel) et fait part, en effet, des déceptions de la part de l’Église… Mais il s’agit malgré tout, plus d’une mise au point,  dont nous allons voir ci-dessous les grandes lignes, et qui contient essentiellement des notions religieuses, dans le cadre de l’enseignement et de la vie quotidienne entre autres choses.

L’encyclique ne vise pas non plus directement le «führer», mais plutôt certains penchants du régime qui, comporte plusieurs franges principales : protestante (faute à la sociologie allemande), une autre faussement chrétienne, néopaïenne ou déiste (Rosenberg, Goebels, Himler…etc.), mais aussi  une frange catholique (elle est même importante quoiqu’on en dise, avec les Skorzeny, Schmitt, Von Papen…etc.).
Adolf Hitler à fait l’erreur de s’appuyer sur cette frange paganiste, pourra-t-on dire, mais malheureusement cela ouvrait une autre problématique, c’est qu’il n’aurait pas trouvé la même force de frappe autre part, notamment chez des catholiques, déjà acquis au surnaturalisme. Nous y reviendrons.

Le Saint-Père enseigne que la défense et l’amour de sa race est justes, tant que celle-ci n’est tout simplement pas idolâtrer ou diviniser par un amour abusif des siens :

«Quiconque prend la race, ou le peuple, ou l’État, ou la forme de l’État, ou les dépositaires du pouvoir, ou toute autre valeur fondamentale de la communauté humaine – toutes choses qui tiennent dans l’ordre terrestre une place nécessaire et honorable, – quiconque prend ces notions pour les retirer de cette échelle de valeurs, même religieuses, et les divinise par un culte idolâtrique, celui-là renverse et fausse l’ordre des choses créé et ordonné par Dieu : celui-là est loin de la vraie foi en Dieu et d’une conception de la vie répondant à cette foi.»

«Nul ne songe, certes, à barrer la route qui doit conduire la jeunesse allemande à la constitution d’une vraie communauté ethnique, dans le noble amour de la liberté, l’inviolable fidélité à la patrie. Ce contre quoi Nous Nous élevons, et Nous devons Nous élever, c’est l’antagonisme volontairement et systématiquement suscité entre ces préoccupations d’éducation nationale et celles du devoir religieux. Voilà pourquoi nous crions à cette jeunesse : Chantez vos hymnes à la liberté, mais n’oubliez pas pour autant la liberté des enfants de Dieu !»
Mit brennender Sorge.

Nous ne pouvons que souscrire à de tels propos, qui recadrent les choses dans une juste mesure.

Le christianisme positif, nouvelle religion pangermaniste qui sévissait, comme pour le néo-paganisme, repose sur quelques membres influents, avec Alfred Rosenberg en chef, dans son livre «Le Mythe du vingtième siècle» (que Hitler a désapprouvé publiquement). Et l’encyclique condamne ces effets en ces termes :

«Des milliers de voix font retentir aujourd’hui à vos oreilles un Évangile qui n’a pas été révélé par le Père des cieux. Des milliers de plumes écrivent au service d’un prétendu christianisme qui n’est pas le christianisme du Christ. La presse et la radio vous envahissent quotidiennement de productions hostiles à la foi et à l’Église, impudemment agressives envers tout ce qui doit vous être le plus vénérable et le plus sacré.

Beaucoup, beaucoup d’entre vous, à cause de leur fidélité à la foi et à l’Église, à cause de leur affiliation à des associations religieuses, garanties par le Concordat, ont dû et doivent encore, Nous le savons, subir cette tragique épreuve de voir incomprise, suspectée, outragée, niée même, leur fidélité à la patrie, souffrir en outre toutes sortes de dommages dans leur vie professionnelle et sociale. Nous ne sommes pas non plus sans savoir qu’il y a dans vos rangs plus d’un obscur soldat du Christ qui, le cœur en deuil, mais la tête haute, supporte son sort et trouve son unique consolation dans la pensée de souffrir des affronts pour le Nom de Jésus.»

Le pape se livre à un rappel dogmatique face aux déistes et autres panthéistes :

«Prenez garde, Vénérables Frères, qu’avant toute autre chose la foi en Dieu, premier et irremplaçable fondement de toute religion, soit conservée en Allemagne, pure et sans falsification. Ne croit pas en Dieu celui qui se contente de faire usage du mot Dieu dans ses discours, mais celui-là seulement qui à ce mot sacré unit le vrai et digne concept de la divinité.»

Et là encore :

« »Révélation », au sens chrétien du mot, désigne la parole dite par Dieu aux hommes. Employer ce même mot pour les « suggestions » du sang et de la race, pour les irradiations de l’histoire d’un peuple, c’est, à coup sûr, créer une équivoque. Une fausse monnaie de cette sorte ne mérite pas de passer dans l’usage des fidèles du Christ.»
Pie XI.

Le Concordat, que l’Église estime mis à mal, n’empêche pas de continuer l’évangélisation pour le bien des Allemands et de la chrétienté ; la lettre papale se base ensuite sur l’action apostolique par les clercs, pour continuer de convertir l’Allemagne malgré le conflit, délétère pour les deux, qui l’oppose au régime :

«Nous continuerons, sans nous lasser, à être auprès des dirigeants de votre peuple le défenseur du droit violé, et, obéissant simplement à Notre conscience et à Notre mission pastorale – sans Nous soucier du succès ou de l’insuccès immédiat, – à Nous opposer à un parti pris qui cherche, par l’emploi, ouvert ou dissimulé, de la force, à étrangler le droit garanti par les traités.»

«Nous vous remercions, Vénérables Frères, Nous remercions vos prêtres et tous vos fidèles, qui, dans la défense des droits de la divine Majesté contre un nouveau paganisme agressif, et favorisé, hélas ! de bien des manières par des hommes influents, ont rempli et continuent à remplir leur devoir de chrétiens. Ce remerciement va, plus chaleureux encore et mêlé d’une admiration reconnaissante, à ceux qui, dans l’accomplissement de ce devoir, ont été jugés dignes de s’attirer pour l’amour de Dieu le sacrifice et la souffrance.»
Pie XI.

Répondant au monarchiste tradi-royco-pêchu , dans sa version antifasciste, Merel dit :

«Brandissant l’encyclique Mit brennender Sorge, cette tradition exècre l’esprit communautaire et organiciste, révolutionnaire et prolétarien de ce que, faute de mieux, nous nommerons du terme générique de fascisme.»
Joseph Merel – Fascisme et monarchie.

Et comme on le lit ci-dessus, selon les propos de la lettre, le Vicaire du Christ était infiniment plus subtil et juste, que n’importe quel «tradi-royco-pêchu», qui invoque une condamnation totale et fantomatique du national-socialisme en tant que tel. Le «néo-inquisiteur» en herbe serait d’ailleurs  mortellement déçut, par le manque de condamnation formelle, s’il se donnait la peine de lire cette encyclique en entier…!
Et c’est en tout cas, par ce genre de réaction hystérique, qu’il se place ce faisant, objectivement, du côté des juifs. On dira facilement suite à cela : «juifs et curés ont été déportés»… Alors que ces déportations concernaient des curés modernisants ou opposés directement au régime ; ce qui traduit un simple anticléricalisme de circonstance et non un anticatholicisme viscéral.

Le parallèle avec l’Action française et le régime fasciste :

En revanche, l’Action française elle, a véritablement était excommuniée. En effet, étant franchement agnostique de par ses fondateurs, il y avait aussi des éléments légitimement condamnables pour une conscience catholique. Certes, ceci a aussi été délétère pour la société française dans le sens où, supprimer ce bras politique a fait prospérer la «démocratie-chrétienne» et le Sillon moderniste ; le problème est que, le royco antifa, n’hésite pas à remettre en question cette condamnation avec tous les arguments possibles, mais on ne le verra jamais être aussi clément à l’égard des fascismes ; pourtant victimes du même jugement.
Tout cela fait encore penser au «Non abbiamo bisogno» de l’Église envers le régime fasciste italien, qui apparaît en grande partie comme un conflit avec l’Action catholique des familles romaines. Ça n’est pas une excommunication ou une condamnation ; et si l’on peut à juste titre accuser certains fascistes de naturalisme, n’oublions pas que cette action de laïc catholique, baignait déjà elle aussi dans un travers surnaturaliste, toujours aussi condamnable.

La relativisation de la doctrine sociale de l’Église :

Parce qu’en effet, l’Église à un pouvoir politique, mais seulement indirect, et sa «doctrine sociale», qui a existé en tout temps, dans sa période contemporaine a hypertrophié par ailleurs l’autorité pratique du pape à la vue de la perte des états catholiques dans le monde (Concile Vatican I). De plus, en terme politique, elle reste incomplète puisque tout n’y est pas traité (doctrines économiques et financières par exemple), en plus de faire plus ou moins abstraction de l’État par son familiarisme. L’Action catholique était au Vatican ce que Civitas est actuellement à la FSSPX en terme militant.
C’est pourquoi par honnêteté, il faut savoir faire le tri, non seulement sur les pentes du IIIe Reich, mais également sur l’évolution néfaste dans l’Église, depuis maintenant deux siècles (en terme de foi, uniquement après le Concile Vatican II).

Le parallèle avec la condamnation du communisme en conclusion :

«La doctrine marxiste se suffit à elle-même pour être effrayante et terriblement efficace, sans qu’il soit besoin pour dénoncer son horreur de l’entourer d’oripeaux maçonniques supposés l’expliquer. Ce n’est pas parce que la 1ère Internationale est née dans une loge maçonnique qu’elle était dangereuse, c’est parce qu’elle était marxiste. Si le national-socialisme et le fascisme sont contestables et dangereux à certains égards, ce n’est pas parce qu’une frange minoritaire de leurs adeptes se livrait à des pitreries ésoteristes, c’est pour les raisons invoquées dans l’encyclique Mit brennender Sorge.»
Joseph Merel – Fascisme et monarchie.

Lien de l’encyclique de Pie XI, Mit brennender Sorge, sur la situation de l’Église catholique dans le Reich allemand, le 15 mars 1937.

Lire aussi «Le IIIe Reich sous la bannière du Christ»

Publicités

Une réflexion sur “Mit brennender Sorge et le IIIe Reich

  1. Pingback: «Le IIIe Reich sous la bannière du Christ» | France Natio

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s