Occitanisme, l’origine d’une hérésie politique

0000003071L

«Napoléon Peyrat (1809-1881) fut le grand ancêtre de l’occitanisme, opposé au Félibrige provençaliste et conservateur de Frédéric Mistral, (…) c’est un pasteur protestant du Comté de Foix, anticatholique et républicain de gauche. Poète romantique d’expression française, il fut en relation avec (…) Lammennais.»

Le père fondateur de l’idéologie occitaniste, de base uniformisatrice pour la France méridionale, incarne tout ce qui est anti France. Il a été lié à Lammennais, un précurseur incontestable du modernisme « catholique ».
N’ayant rien pour plaire il s’oppose même à Mistral, proche de la pensée réactionnaire de Maurras, tout en mettant en avant les identités régionales qui font la vraie diversité de la France, sans volonté de séparatisme. Le bonhomme en rajoute même une couche : «le patriotisme de Peyrat tendait à s’arrêter au Rhône, du fait de sa vive opposition au provençalisme.» ; il y a absence de logique, quand on voit que par idéologie pure il en vient même a rejeté une région qui est pourtant bien méridionale.

«Son histoire des Albigeois (1870-1872) lui valut le surnom de « Michelet du Midi » (…) il y reprenait les thèmes classiques de l’oppression de la « patrie romane » par la France du Nord.»

Ces occitanistes sont contre le royaume de France, en tant qu’entité, il n’est ainsi pas étonnant de voir d’autres mouvances du même type, s’allier entre Pays d’Oc et Pays d’Oïl, c’est-à-dire régions du Nord et régions du Sud, se retrouvant tous unis dans la détestation de la nation française…

«(Il insiste) sur la continuité des hétérodoxies religieuses comme expression du patriotisme, de Vigilance aux cathares et aux protestants. « L’albigisme mène à sainte Thérèse et à Fénélon. » Et aussi au jansénisme…»

Son idéologie d’un Midi uni sans distinction fait qu’il favorise l’hérésie cathare, en admettant le protestantisme mélangé au pire des républicanismes, celui d’un Fénélon, tenu ici pour acquis culturel premier… Il y a une notion d’héritage, mais dans le mauvais sens du terme !

«L’Église catholique était « la louve romaine », « la bête théocratique » ; les barons du Nord, des « chocas » ; les évêques, des « vautours déplumés ».»

Cela se passe de commentaire. Haine aveugle. C’est en quelque sorte un anarchiste déluré.

«Peyrat célébrait lui aussi la revanche du Midi lors de la Révolution ; la République était la victoire des principes vaincus par la Croisade, ceux de la liberté et de la « grande patrie française ».
« La France nouvelle (issue de la Révolution) est parfaitement d’accord avec l’ancienne Aquitaine. Ce n’est pas l’Aquitaine qui s’est retournée, c’est la France.»

Là encore est fait l’éloge de l’anti-France républicaniste, contre les saintes Croisades de surcroît qui ont eu le mérites, d’abord de rétablir la religion de Vérité dans le Sud, avant de pouvoir prétendre la rétablir en Orient, terres du Christ.

Pour information, personnage plus culturel et mystique que politique, il créera même des mythes délirants « de Montségur » et « d’Esclarmonde » sur lesquels nous passerons dans les détails…
On préférera largement en réaction, l’héritage de Frederic Mistral traitée précédemment.

Pierre Lavelle – Occitanie, histoire politique et culturelle, une histoire des Occitans des origines à nos jours.

occitanie-histoire-politique-et-culturelle-p-lavelle

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s