Les comptes-rendus humoristiques de Reconquête française

PDG

Action de rue par les parigots :

Le Parti de gauche et ses militants, faux anticapitalistes et vrais valets du système apatride, cosmopolite et spoliateur, se font même troller gratos. Ces pitbulls en carton, qui bouffent des croquettes périmées, feraient mieux de réciter un Confiteor avant que Dieu ne rappelle leurs âmes de dégénérés…

Action et doctrine angevine :

Encore et toujours, nos gars sûrs, sont allés visiter le Champ des Martyrs à Avrillé ainsi que son église dédiée à Saint-Louis, Roy de France :
– Les Martyrs vous êtes présents ?!
– Sieg Heil !
– Okay c’est bon.
Un lieu qui nous permet de garder Notre mémoire et pas celle des autres (la « shoah républicaine » de 1793-96, le Jean-Kévin il connaît ?!). N’oublions pas nos aïeux, ces cathos solides, morts pour la conservation de la Foi en Notre Seigneur Jésus-Christ, unique Sauveur.

Activités d’Anjou :

Relié à Dieu pour mieux défourailler comme un croisé ? :
La communauté religieuse d’Avrillé est bien utile dans le coin, pour ses messes desservies et sa documentation catho lucide mis à disposition.
Un saut chez frères les dominicains, pendant les offices de complies, de fin de journée, ou encore les heures canoniales.
Un saut chez les sœurs dominicaines (#wesh ma sœur ?) pour leurs offrir régulièrement des vivres en mode vertu de charité.
Ici, ça tabasse le démon a coup de rosaire sans pitié.

Un autocollage en Aquitaine :

La Haute-Vienne et la Charente ont été frappées par des attentats nationaux-catholiques ! Les villes d’Angoulême et de Limoges, ainsi que la petite localité du Chalard (proche de Châlus), ont vu déferler dans leurs rues la haine rabique, et anti-rabbinique (ta race), intégriste et fasciste… #GauchismeMental

Compte rendu et billet d’humour Limousin :

La ballade en nature 100% bio en mode « France écologie les chemises brunes » était aussi de mise via « chasse, pêche, nature et tradition » (mais cette fois sans le droitard-démocrate Frédéric Nihous !). C’est là que Saint-Hubert, le toulousain et saint patron des chasseurs, entre en jeu avant chaque action de chasse communale.

Sans-titre-1

À compléter avec la liste des visuels à enregistrer !

Publicités

Thomisme – Le culte de la Patrie

I-Grande-13999-initiation-a-saint-thomas-d-aquin--sa-personne-et-son-oeuvre.net

Dans cet ouvrage, le Révérend Père, propose une initiation à Saint-Thomas d’Aquin en synthétisant sa pensée et en la réactualisant quelque peu. Ouvrage à lire absolument, dont voici un extrait sur un sous-chapitre concernant la Patrie, autrement appelé la Terre des Père :

«La Patrie est la famille élargie dans le temps et dans l’espace ; elle rassemble les « Pères », ou encore les aïeux, les ancêtres depuis les âges lointains, et les « frères » chez lesquels, malgré leur nombre et leur dispersion, se retrouvent de profondes affinités et un air de famille dans quelques traits essentiels. (…)

Elle est cet assemblage indéfinissable de choses matérielles et de qualités humaines, de territoire et de culture intellectuelle, de climat et d’institutions, qui marque le génie d’une race, caractérisent ses mœurs, et constituent un patrimoine que chaque génération se sent fier de recueillir, de conserver et de transmettre (…)

Sans proclamer avec hauteur que son pays est le plus grand et le plus beau, le patriote le préfère à tous les autres simplement parce que c’est sa Patrie, le ciel qui l’a vu naître, le sol qui le nourrit, l’héritage de ses pères, la tradition qui l’instruit, la législation qui le guide, le milieu où il s’épanouit.».

Révérend Père Raphaël Sineux – Initiation à la théologie de saint Thomas d’Aquin – Le culte de la Patrie.

Reconquête française

L’infatigable dialectique nationaliste

256_1265_image_af_maurras

La dialectique se distingue par l’art de raisonner. C’est un mouvement qui procède par thèse, antithèse et synthèse. Si le nationalisme est pragmatique, il est aussi infatigable dialectique :

« La survie du journal, le crédit qu’il pouvait encore posséder tenaient uniquement au génie du vieux lutteur, à son ardeur intacte, à l’intrépidité de sa pensée, à son infatigable dialectique. »
Rebatet par l’historienne Bénédicte Vergez-Chaignon – Sur Charles Maurras.

« C’est par cette dialectique infatigable que l’on réussit alors à montrer à tant de nationalistes que l’expression commune de leurs postulats et de leurs tendances était dans la monarchie traditionnelle et héréditaire, antiparlementaire et décentralisée. »
Le nationalisme intégral de Charles Maurras, Action française Provence, le 31 janvier 2012.

« L’Affaire Dreyfus comble le retard que la France avait pris dans l’émergence d’une dialectique nationaliste »
Gregory Baum – Le nationalisme, perspectives éthiques et religieuses.

C’est en nous donnant un corps de doctrine, en ayant notre grille d’analyse et la diffusion de celle-ci, par la répétition des vérités naturelles, que nous « convertirons » politiquement le plus grand nombre de bons Français encore non reniés.france-nationaliste - Copie

Un religieux fasciste – Mgr. Benigni et son triptyque anti-maçonnique

« En 1928 il fondait l’Entente Romaine pour la Défense sociale (I.R.D.S.), avec pour devise Religion, Patrie, Famille. C’est la phase fascisante de la vie de Mgr Benigni (…) il entendait utiliser le Fascisme en un sens antidémocrate-chrétien. » (1)

Mgr. Umberto Benigni est un prêtre catholique italien qui se définit comme un « catholique romain intégral ». Il joue un rôle en 1902 dans la Sacrée Congrégation de la Propagande de la Foi. Et c’est en 1906 qu’il met en place le Sodalitium Pianum (La Sapinière), réseau d’espionnage destiné à indiquer ceux qui enseignaient de fausses doctrines modernistes. Les suspects sont quant à eux dénoncés au Saint-Office. Mais son influence déclinera sous le pontificat de Benoît XV, qui l’évince. Épris de doctrine sociale, il se rapproche alors du mouvement fasciste. C’est un  véritable anti-maçon, anti-libéral, il a même publié un ouvrage titré Meurtre rituel chez les Juifs. Sa tactique pour combattre la franc-maçonnerie et le modernisme était d’employer la même arme que ceux-ci, le secret.

Il reste peu de document sur son parcours et sur ses travaux, mais on en trouve encore grâce au Sodalitium.

Son tryptique antimaçonnique connu est : « découvrir, prévenir et contrôler ».
Il repère ceux qu’il appelait les « ennemis internes et externes » et dénonce cette emprise secrète dans un dossier pontifical sous le nom de « La Maçonnerie noire ». (2)

benigni

*
* *

« Né à Pérouse en 1862 ; il fut ordonné prêtre en 1884 et commença immédiatement à collaborer à quelques journaux catholiques locaux. En 1892, après la promulgation de l’encyclique Rerum novarum, il fonde avec l’abbé Cerruti, promoteur des Caisses rurales, la première revue catholique sociale italienne, la Contrôle Social et devient rédacteur en chef de l’Écho d’Italie de Gênes. En 1895 il s’établit à Rome où dix années durant il s’occupe d’histoire ecclésiastique, d’abord en tant qu’attaché à la Bibliothèque vaticane puis en tant que professeur au Séminaire romain. De 1900 à 1903 il est aussi directeur du quotidien intransigeant La Voix de la Vérité. À partir de 1902, il s’occupe de la publication de « Diverses histoires et la culture ecclésiastique », premier périodique italien consacré à l’histoire ecclésiastique qui paraîtra jusqu’en 1907. Il est possible que les études publiées dedans aient été à la base de sa production monumentale Histoire de l’Église, en sept volumes, qui s’interrompt malheureusement au Moyen Âge. C’est en 1904, après l’élection de Pie X, que s’ouvrent pour lui les portes des sommets de la Curie vaticane : il devient en effet Sous-Secrétaire des Affaires ecclésiastiques extraordinaires, devant donc assumer la cinquième charge par ordre d’importance à l’intérieur de la Secrétairerie d’État. C’est au génie de Benigni que l’on doit la salle de presse vaticane. Pour inciter les quotidiens laïques (“indépendants”) à s’occuper correctement des événements ecclésiastiques, Benigni eut l’idée de se gagner les bonnes grâces d’une partie des journalistes, (nommés aujourd’hui “vaticanistes”), en les réunissant quotidiennement (c’est la “salle de presse”) et en leur fournissant des informations complètes (et bien orientées) qui étaient publiées le lendemain dans tous les journaux. La stratégie s’avéra efficace pour préparer le terrain 20 dans la presse laïque en vue de la publication de l’encyclique Pascendi et pour neutraliser, du moins en partie, les ultérieures campagnes de dénigrement de la faction moderniste. C’est ainsi que naquit l’agence de presse Correspondance de Rome (le n° 1 parut le 23/5/1907 et le n° 1282, le dernier, le 31/12/1912), qui eut très vite une édition française (à partir d’octobre 1907). Le bulletin “ni officiel ni officieux”, reflétait les orientations de la Secrétairerie d’État et ne tarda pas à susciter de grandes polémiques dans les milieux catholiques et les milieux politiques, entre autres les dures réactions du gouvernement maçonnique de la IIIe République française. De 1910 à 1912, un hebdomadaire de langue française, les Cahiers contemporains reprenaient les articles les plus importants de la Correspondance.

En 1912, quelques mois avant la clôture de la Correspondance, Mgr Benigni ouvrait une seconde agence d’informations, l’A.I.R. (“Agenzia Internazionale Roma”), avec le bulletin quotidien Rome et le monde et l’hebdomadaire Cahiers Romains qui paraissait aussi en français. Les remarquables qualités organisatrices de Mgr Benigni donnèrent aussi naissance à d’autres organes de presse tels que le Borromeus, pour les membres romains du Sodalitium, et le Paulus, à l’intention de ses amis journalistes. À l’étranger, le Sodalitium disposait de quelques publications comme La Vigie en France, la Correspondance catholique en Belgique, la Mys Katolycka en Pologne. En outre, Benigni était en étroite collaboration avec d’autres revues antimodernistes indépendantes du Sodalitium telles que La Rescousse des frères Scotton et La Critique du Libéralisme de l’abbé Barbier en France. Pour se consacrer davantage et plus librement à l’œuvre entreprise, l’abbé Benigni avait quitté sa charge aux Affaires ecclésiastiques où lui avait succédé Eugenio Pacelli, futur Pie XII qui, dans le procès pour la canonisation de Pie X, demeurera indifférent aux pressions de ceux qui dépeignaient Benigni comme l’âme damnée du Pape Sarto afin d’empêcher que le Pontife ne soit mis sur les autels. En 1911, saint Pie X crée pour l’abbé Umberto, une huitième charge de Protonotaire apostolique participant, le plus élevé des titres de prélat, dont le nombre était jusqu’alors limité à sept. Ce titre prestigieux fit comprendre au nouveau monseigneur deux choses : d’abord que lui était barrée la voix à une éventuelle et future nomination épiscopale, mais aussi qu’il était encouragé par le Pape à poursuivre la route entreprise. Dès 1909 Benigni avait quitté l’appartement du Vatican et ouvert, « Via del Corso », la Maison Saint-Pierre, siège de ses activités. C’est là que naquit le Sodalitium Pianum (La Sapinière)dont il a été longuement question dans la première partie de ce numéro. Après la dissolution définitive du Sodalitium le 25/11/1921, Mgr Benigni, malgré son amertume, sut trouver la force d’âme pour continuer le combat pour l’intégralité de la Foi. En 1923 il relançait l’A.I.R. sous le nom d’Agenzia Urbs, qui poursuivit ses activités jusqu’en 1928, avec la publication du bulletin hebdomadaire Veritas, puis du mensuel Romana.

En 1928 il fondait l’Entente Romaine pour la Défense sociale (I.R.D.S.), avec pour devise “Religion, Patrie, Famille”. C’est la phase fascisante de la vie de Mgr Benigni (…) il tentait d’utiliser le Fascisme en un sens antidémocrate-chrétien tout comme le régime se servait de la Religion comme instrument. Calomnié et persécuté par ses ennemis, Mgr Benigni passa les dernières années de sa vie dans la pauvreté la plus absolue. Dans la Disquisitio, le père Saubat, un des témoins au procès de canonisation et intime collaborateur de Benigni, assura que Mgr Benigni, quoique n’ayant pas charge d’âmes, célébrait quotidiennement la Messe et se confessait chaque semaine à l’église de San Carlo al Corso auprès d’un père de la Mer- ci. Mgr Benigni s’éteignit à Rome le 27 février 1934, “abandonné et méprisé par le clergé”. À ses funérailles assistaient “7 ou 8 sénateurs, de 12 à 15 députés, une légion de journalistes et même 12 gendarmes en grand uniforme”, mais seulement deux prêtres : le père Saubat et le père Jeoffroid. » (1)

IMG_9299_1

*
* *

(1) Revue Sodalitium, n°60, décembre 2007.

(2) « Saint, même dans la lutte pour défendre l’Église des erreurs des modernistes » – Chapitre III L’attitude du serviteur de Dieu avant l’activité de la Sapinière de Mgr Benigni – Paragraphe 5) Le complot moderniste et la conspiration des noires Carbonari (haute structure maçonnique italienne du XIXe siècle).

L’église conciliaire et le petit « peuple sacerdotale »

En dépit de la question judaïque,
Deux autres faits d’actualités doivent d’abord retenir l’attention du catholique traditionnaliste.

rome_151208_basilique_st_pierre

  • De Rome perd la foi à Rome perd la boule – du catholicisme au Nouvel âge :

Suite à la COP21, cycle de conférences des Nation Unies, véritable fief de ladite nouvelle religion mondiale faite d’écologisme et de naturalisme : il eut au Vatican, toute une projection de photos sur la basilique de Saint-Pierre de Rome, une représentation que l’on apprend financée par la Banque Mondiale, autre ennemi de l’Église catholique…
Cet évènement date en plus du 8 décembre 2015, jour de la Fête de l’Immaculée Conception, mais leur église conciliaire a préféré célébrer les jolis arbres et les gentils « nanimaux », en somme la déesse Gaïa, à la place de la sainte Mère de Dieu, et Notre-Dame à tous, médiatrice de toutes les grâces.

« Des photos illustrant le pseudo changement climatique ont été projetées sur la façade de la basilique Saint-Pierre de Rome. (…) Que viennent-elles faire projeté sur la façade du centre de la Chrétienté ?!

L’Église de François n’est plus qu’une ONG écologique diluée dans la grande religion mondialiste dont le changement climatique est l’un des dogmes. (…)

C’est si important le climat… » (1)

Des « évêques » embrassent même les planisphères comme s’il s’agissait des pieds du Christ. Le fond du seau…

*
* *

françois 0

  • L’ami de l’hérésie protestante :

Par un extrait de La porte latine :

« Le 31 octobre prochain, le pape François sera le témoin volontaire et participatif des premiers frémissements du 500e anniversaire de la Réforme de Martin Luther, aux côtés des protestants de Suède. 500e anniversaire qui sera célébré tout au long de l’année 2017 et s’inscrira largement dans le dialogue dit « luthéro-catholique ». (…)

En avance sur son agenda, François a même « demandé pardon », lundi à Rome, « pour les comportements non évangéliques des catholiques à l’égard de chrétiens d’autres Églises » – ce dont les protestants se sont bien gardés. (…)

La démarche œcuménique est qualifiée de « sans précédent » par l’AFP, car c’est la première fois qu’un pape co-célébrera une « liturgie » protestante. Sur la base d’un livret spécialement conçu pour l’occasion par la Fédération luthérienne mondiale et le Conseil pontifical pour l’unité des chrétiens, intitulé « Prière commune » : (…)

« Merci à toi, Ô Dieu pour toutes les connaissances théologiques et spirituelles que nous avons tous reçues par la Réforme. Grâce à toi pour les bonnes transformations et réformes qui ont été déclenchées par la Réforme ou par la lutte avec ses défis. Grâce à toi pour la proclamation de l’Évangile qui eut lieu pendant la Réforme et qui depuis a fortifié des personnes sans nombre à vivre des vies de foi en Jésus Christ. » (…)

Pas un mot sur la Contre-réforme et les papes et les saints du XVIe siècle qui ont œuvré contre l’hérésie grandissante ! Pas un mot sur les motifs de notre division doctrinale, profonde, majeure. Mais faut-il s’en étonner lorsque de nombreux éléments du concile Vatican II nous orientaient déjà sur cette pente œcuménique luthérienne… » (2)

François zéro, pour reprendre le surnom donné par Mgr Williamson, fréquentera donc à l’occasion, des luthériens suédois très « démocratisés », leur structure étant dirigée par une femme et dont certains membres actifs sont ouvertement invertis.

(1) Quand le Vatican se transforme en Panthéon de l’écologie.

(2) Quand François annonce fêter le 500e anniversaire de la Réforme de Martin Luther.

*
* *

François zéro 01

  • La réception du Congrès juif mondial :

Au cours de l’entretien donné à LPL, le lundi 2 septembre 2013, François a souhaité aux juifs du monde entier « une année 5774 douce et paisible », « Chana Tova » (bonne année), leur a-t-il dit en hébreu…

En leur présence, François zéro, reprend le calendrier juif masquant ainsi l’an zéro, date de la nativité de Notre Seigneur Jésus-Christ. Il fait de gros clins d’œil à la communauté juive après les plates excuses du Concile Vatican II. Et la tradition culturelle chrétienne serait selon lui un petit frère, voir tout petit frère, du judaïsme international.

Le Comité juif international du 24 juin déclare que François a rappelé qu’« un chrétien ne peut pas être antisémite (…) pour être un bon chrétien, il est nécessaire de comprendre l’histoire et les traditions juives (…) juifs et chrétiens partagent les mêmes racines ». (1)

Tout cela va de pair avec son refus de convertir les Juifs perfides (qui perdent la foi) annoncé par ce titre du quotidien gauchiste Le Monde du 10 décembre 2015 « l’Église catholique ne cherchera plus à convertir les juifs ».

  • Le grand rabbin de Rome refuse le dialogue :

Celui qui occupe le siège de Rome reconnaît même « l’irrévocabilité de l’Ancienne Alliance », alors qu’elle est caduque depuis la Nouvelle Alliance qui brise l’ancienne pour être universelle, et non tribale.

Il évoque Nostra Aetatae qui a jeté les bases du dialogue « judéo-chrétien », mais rien n’y fait visiblement, car les juifs se rendent compte, et à juste titre pour le coup, que « l’atténuation des différences doctrinales » entre judaïsme et christianisme est à considérer comme un danger ; chose vraie d’autant plus pour l’État du Vatican qui ne cesse de se « noachiser ».

Le grand rabbin de Rome, Riccardo Di Segni a dit au François, venu en visite à la synagogue le dimanche 17 janvier : « Nous n’accueillons pas le pape pour discuter de théologie. Chaque système est autonome, la foi n’est pas un objet d’échange et de négociations politiques ». (2 & 3)

Ironie du sort, ce rabbin est finalement plus respectable que l’actuel représentant de Rome, moins œcuménique et moins gauchiste que lui.

  • Conclusion :

La leçon a retenir de cette petite histoire, en voyant l’attitude du souverain Pontife de leur église conciliaire, est que dès qu’on commence à se mettre à plat ventre devant le peuple déicide, plus ils nous font manger les pissenlits par la racine !

De Jean XXIII à François 0, il est désormais temps d’enfoncer les portes de Rome afin que la véritable tradition catholique y renaisse, avec de véritables prélats, pour un renouveau de la catholicité, et enfin revenir à la religion de Vérité, celle de toujours.
Le reste, à Dieu va !

François zéro 02Sources :

(1) – François et le Congrès juif mondial

(2) – François à la synagogue de Rome

(3) – Un non sec du rabbin à l’encontre de François

Prières quotidiennes de la vie du chrétien

  • Prières qui règlent la journée :

Prière au réveil :

« Divin cœur de Jésus, je Vous offre, par le Cœur Immaculée de Marie, les prières, les œuvres et les souffrances de cette journées, en préparation de mes péchés,  et à toutes les intentions pour lesquelles Vous Vous immolez continuellement asur l’Autel.
Je vous les offre en particulier pour que Votre Règne arrive (et pour….). »

Prière du matin :

« Je vous adore, ô mon Dieu, et je vous aime de tout mon cœur. Je vous remercie de m’avoir créé, fait chrétien et conservé pendant cette nuit. Je vous offre les actions de la journée ; faites qu’elles soient toutes selon votre sainte volonté, pour votre plus grande gloire. Préservez-moi du péché et de tout mal. Que votre grâce soit toujours avec moi et avec tous ceux qui me sont chers. Ainsi soit-il.»

Prière du soir :

« Je vous adore, ô mon Dieu, et je vous aime de tout mon cœur. Je vous remercie de m’avoir créé, fait chrétien et conservé pendant ce jour. Pardonnez-moi le mal que j’ai commis aujourd’hui, et si j’ai accompli quelque bien, veuillez en accepter l’offrande. Gardez-moi dans le repos et délivrez-moi des dangers. Que votre grâce soit toujours avec moi et avec tous ceux qui me sont chers. Ainsi soit-il. (Bref examen de conscience suivi de l’Acte de contrition). »

  • Prières quotidiennes :

Pater Noster :

« Notre Père, qui êtes aux cieux, que votre nom soit sanctifié, que votre règne arrive, que votre volonté soit faite sur la terre comme au ciel. Donnez-nous aujourd’hui notre pain de chaque jour.
Pardonnez-nous nos offenses comme nous pardonnons à ceux qui nous ont offensés. Et ne nous laissez pas succomber à la tentation. Mais délivrez-nous du mal. Ainsi soit-il. »

Ave Maria :

« Je vous salue, Marie, pleine de grâce, le Seigneur est avec vous ;
vous êtes bénie entre toutes les femmes, et Jésus, le fruit de vos entrailles, est béni.
Sainte Marie, Mère de Dieu, priez pour nous, pauvres pécheurs, maintenant et à l’heure de notre mort.
Ainsi soit-il. »

Gloria Patri :

« Gloire au Père, au Fils, et au Saint-Esprit, comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Ainsi soit-il. »

Le Credo :

« Je crois en Dieu, le Père tout-puissant, Créateur du ciel et de la terre. Et en Jésus-Christ, son Fils unique, notre Seigneur, qui a été conçu du Saint-Esprit, est né de la Vierge Marie, a souffert sous Ponce Pilate, a été crucifié, est mort, a été enseveli, est descendu aux enfers, le troisième jour est ressuscité des morts, est monté aux cieux, est assis à la droite de Dieu le Père tout-puissant, d’où il viendra juger les vivants et les morts.
Je crois au Saint-Esprit, à la sainte Église Catholique, à la communion des Saints, à la rémission de péchés, à la résurrection de la chair, à la vie éternelle. Ainsi soit-il. »

Confiteor :

« Je confesse à Dieu tout puissant, à la bienheureuse Marie toujours Vierge, à Saint Michel Archange, à Saint Jean-Baptiste, aux saints Apôtres Pierre et Paul, à tous les Saints (et à vous mon père), que j’ai beaucoup péché, par pensées, par paroles et par actions. C’est ma faute, c’est ma faute, c’est ma très grande faute.
C’est pourquoi je supplie la bienheureuse Marie toujours Vierge, Saint Michel Archange, Saint Jean-Baptiste, les saints Apôtres Pierre et Paul, tous les Saints, de prier pour moi le Seigneur notre Dieu.
Que le Dieu tout-puissant nous fasse miséricorde, qu’il nous pardonne nos péchés, et nous conduise à la vie éternelle. Ainsi soit-il.
Que le Seigneur tout puissant et miséricordieux nous accorde l’indulgence, l’absolution et la rémission de nos péchés. Ainsi soit-il. »

 

  • Actes :

Acte de Foi :

« Mon Dieu, je crois fermement toutes les vérités que vous nous avez révélées, et que vous nous enseignez par votre Église, parce que vous ne pouvez ni vous tromper, ni nous tromper. Ainsi soit-il. »

Acte d’Espérance :

« Mon Dieu, j’espère avec une ferme confiance que vous me donnerez, par les mérites de Jésus-Christ, votre grâce en ce monde et, si j’observe vos commandements, le bonheur éternel dans l’autre, parce que vous l’avez promis, et que vous êtes fidèle dans vos promesses. Ainsi soit-il. »

Acte de Charité :

« Mon Dieu, je vous aime de tout mon cœur, et par-dessus toute chose, parce que vous êtes infiniment bon, et j’aime mon prochain comme moi-même pour l’amour de vous. Ainsi soit-il. »

Acte de Contrition :

« Mon Dieu, j’ai un très grand regret de vous avoir offensé, parce que vous êtes infiniment bon, infiniment aimable, et que le péché vous déplait. Je prends la ferme résolution, avec le secours de votre sainte grâce, de ne plus vous offenser et de faire pénitence. Ainsi soit-il. »

 

  • Autres prières à Notre-Dame :

L’Angelus :

« (V) L’ange du Seigneur fit l’annonce à Marie.
(R) Et elle a conçu du Saint-Esprit. (Je vous salue, Marie…).
(V) Je suis la servante du Seigneur.
(R) Qu’il me soit fait selon votre parole. (Je vous salue, Marie…).
(V) Et le Verbe s’est fait chair.
(R) Et il a habité parmi nous. (Je vous salue, Marie…).
(V) Priez pour nous, sainte Mère de Dieu.
(R) Afin que nous soyons rendus dignes des promesses de Notre-Seigneur Jésus-Christ.
Daignez, Seigneur, répandre votre grâce dans nos âmes, afin qu’ayant connu par la voix de l’ange l’incarnation de Jésus-Christ votre Fils, nous arrivions par sa Passion et sa Croix à la gloire de la résurrection. Par le même Jésus-Christ Notre-Seigneur. Ainsi soit-il. »

Le Salve Regina :

Nous vous saluons, Reine du ciel, Mère du Dieu de miséricorde.
Nous vous saluons, o vous qui êtes après lui notre vie, notre consolation et notre espérance.
Exilés ici-bas comme malheureux enfants d’Ève, nous élevons vers vous nos voix, nous vous présentons nos soupirs et nos gémissements dans cette vallée de larmes.
Soyez donc notre Avocate; jetez sur nous des regards de commisération, et, après l’exil de cette vie, obtenez-nous le bonheur de contempler Jésus, le fruit sacré de vos entrailles, o Vierge Marie, pleine de clémence, de douceur et de tendresse pour les hommes. Ainsi soit-il.

Prière de la Médaille miraculeuse :

« Ô Marie conçue sans péché, priez pour nous qui avons recours à Vous (x3). »

Prière à Notre-Dame de  Fatima :

 « O mon Jésus, pardonnez-nous nos péchés, préservez-nous du feu de l’enfer, et conduisez au ciel toutes les âmes, nous vous prions spécialement pour celles qui ont le plus besoin de votre miséricorde. Ainsi soit-il.

Mon Dieu, je crois, j’adore, j’espère et je vous aime. Je vous demande pardon pour tous ceux qui ne croient pas, qui n’adorent pas, qui n’espèrent pas et qui ne vous aiment pas. Ainsi soit-il.

Père très Saint, nous vous offrons le Corps, le Sang, l’Âme et la Divinité de Notre Seigneur Jésus Christ, en réparation de tous nos péchés et de ceux du monde entier. Ainsi soit-il. »

Prière pour les défunts :

« Que par la miséricorde de Dieu les âmes des fidèles trépassés reposent en paix. Ainsi soit-il. »

 

  • Prières supplémentaires :

Prière au Saint-Esprit (avant étude) :

« Venez Esprit-Saint, remplissez les cœurs de vos fidèles, et allumez en eux le feu de votre amour.
(V) Envoyez votre Esprit, Seigneur, et il se fera une création nouvelle.
(R) Et vous renouvellerez la face de la terre.
Ô Dieu, qui avez instruit les cœurs de vos fidèles par la lumière du Saint-Esprit, donnez-nous, par ce même Esprit, de comprendre et d’aimer ce qui est bien, et de jouir sans cesse de ses divines consolations. Par Jésus-Christ Notre Seigneur. Ainsi soit-il. »

Prière à saint Michel Archange (avant combat) :

« Saint Michel Archange,
défendez-nous dans le combat ;
soyez notre secours contre la malice et les embûches du démon.
Que Dieu lui fasse sentir son empire, nous vous en supplions.
Et vous, Prince de la Milice céleste,
repoussez en enfer, par la force divine,
Satan et les autres esprits mauvais qui rôdent dans le monde
en vue de perdre les âmes. Ainsi soit-il. »

Prière au Glorieux saint Joseph (avant le travail) :

Glorieux Saint Joseph, modèle de tous ceux qui sont voués au travail, obtenez-moi la grâce de travailler en esprit de pénitence pour l’expiation de mes nombreux péchés; de travailler en conscience, mettant le culte du devoir au-dessus de mes inclinations; de travailler avec reconnaissance et joie, regardant comme un honneur d’employer et de développer par le travail les dons reçus de Dieu; de travailler avec ordre, paix, modération et patience, sans jamais reculer devant la lassitude et les difficultés; de travailler surtout avec pureté d’intention et avec détachement de moi-même ayant sans cesse devant les yeux la mort et le compte que je devrai rendre du temps perdu, des talents inutilisés, du bien omis et des vaines complaisances dans le succès, si funestes à l’œuvre de Dieu. Tout pour Jésus, tout pour Marie, tout à votre imitation, patriarche Saint Joseph (!) telle sera ma devise à la vie à la mort. Ainsi soit-il.

Prière à tous les saints :

« Âmes très heureuses, qui avez eu la grâce de parvenir à la gloire, obtenez-moi deux choses de Celui qui est notre Père commun : que je ne l’offense jamais mortellement, et qu’il ôte de moi tout ce qui lui déplaît. Ainsi soit-il. »

Prière à son Bon Saint-Patron :

« Grand Saint, dont j’ai l’honneur de porter le nom, protégez-moi, priez pour moi, afin que je puisse servir Dieu, comme vous, sur la terre et le glorifier éternellement avec vous dans le ciel. Ainsi soit-il. »

Prière à son Ange gardien :

« Ange du ciel, mon fidèle et charitable guide, obtenez-moi d’être si docile à vos inspirations et de réglez si bien mes pas, que je ne m’écarte en rien de la voie des commandements de mon Dieu. Ainsi soit-il. »

Prière à l’Ange gardien :

Mon bon ange, ô vous qui êtes le gardien de mon corps et de mon âme, mon frère, mon guide, mon cher compagnon, mon très sage conseiller et mon très fidèle ami, qu’il est consolant pour moi de penser que je suis confié aux soins d’un Prince du ciel.
Quel respect je vous dois, sachant que je suis toujours en votre présence. Je vous honore et je reconnais l’amour que vous me portez, et j’ai confiance en votre appui, puisque vous êtes toujours à mes côtés. Gardez-moi,  éclairez-moi,  fortifiez-moi,   retenez-moi   aussi dans les tentations, et priez avec moi et pour moi.
Faites enfin que je me sauve par votre aide, ainsi je pourrai vous remercier éternellement dans le Paradis. Ainsi soit-il.

Fin de prière :

Cœur Sacré de Jésus, j’ai confiance en Vous.
Cœur douloureux et Immaculé de Marie, priez pour nous qui avons recourt à Vous.
Mon saint Ange gardien, veillez sur moi. Mon Bon Patron priez pour moi. Tous les saints intercédez pour moi…
(Le nom d’un saint en particulier, priez pour nous)…

 

  • Repas :

Bénédicité :

« Bénissez-nous, Seigneur, nous et la nourriture que nous allons prendre, et faites-nous la grâce d’en bien user pour votre gloire et notre salut. Ainsi soit-il. »

Grâce :

« Nous vous rendons grâce, Seigneur, pour tous vos bienfaits, ô Dieu tout-puissant qui vivez et régnez dans les siècles des siècles. Ainsi soit-il. »

Prières quotidiennes de la vie chrétienne – PDF