Auto-collage militant à Limoges

Un jeune militant parisien, de passage en cette belle région provinciale qu’est le Limousin, a osé emplir le territoire d’autocollants nationalistes durant le mois de février dernier.

N°1 – Le citoyen qui rentre chez lui pense directement à Jeune nation, même malgré lui :

01

N°2 – Même en Haute-Vienne les rouges antifascistes se font remplacer par les fascistes [Le grand remplacement] :

02

N°3 – Tu débarques dans le ghetto de Jeune nation, file-nous toutes tes « thunes » espèce « d’allogène fragile » [racaille-natio] :

03

N°4 – Informe-toi avec Jeune nation et défends-toi « contre les Infections Intellectuellement Transmissibles, dont le sida intellectuel. » [Cours d’éducation intellectuels] :

04

N°5 – Toi aussi décore ta caisse avec le logo de Jeune nation et pas celui de la SNCF [tunning, customisation, américanisation incorrecte] :

05

N°6 – Fais donc un tour sur Jeune nation, site ouvert 7 jours sur 7 :

06

Ce militant au langage brut et sans détour vous invite à ne pas faire vos « crevards » et à acheter, puis enfin coller dans les rues, les « autocs » de Jeune nation.

Ce même militant vous invite également à suivre les séries « d’autocollages nationalistes » de Reconquête française, qui traite régulièrement de ce genre d’action militante, et avec le même esprit, de manque total de respect et de #faferie intégrale.

Ainsi, la direction du blogue en profite à son tour pour saluer nos amis de Limousin nationaliste​ !

Hommage aux morts du 6 février 34, à Robert Brasillach et à Maurice Bardèche

Le reportage :

 

Le compte-rendu :

En ce début de mois de février, les nationalistes se sont rendus au cimetière de Charonne, l’un des deux derniers cimetières parisiens à jouxter une église paroissiale; Révolution bourgeoise et maçonnique de 1789 oblige… Le lieu a été choisi, non sans raison, car c’est ici que sont enterrés les illustres auteurs Robert Brasillach et Maurice Bardèche.

« Il est des lieux où souffle l’esprit », dirait Maurice Barrès.

JL7_TOMBE (2)

 

La commémoration du 6 février 34 est lancée par le Cercle Franco-Hispanique tenue par Hélène Grimaldi qui a évoqué dans son discours, la présence des morts et les combattants nationalistes qui nous ont précédés et qui, de la Patrie charnelle, ont rejoints la Patrie céleste.
Le premier hommage est rendu à Robert Brasillach par l’ami Rouanet, traitant de l’œuvre de Brasillach et de l’idéal fasciste à la française, incarné également par le Francisme.
Le second hommage est rendu à Maurice Bardèche par l’ami Benedetti; rappelant, à l’occasion, le combat nationaliste et les évènements du 6 février: véritable solstice de la nation.

3 intervenants

Pour compléter cette journée commémorative, l’amie Grimaldi a invité les participants à se recueillir en récitant les essentielles prières catholiques, suivie de l’ami Benedetti qui a procédé à un appel aux morts, et pour conclure, des chants de camaraderies nationalistes.
La journée se termine par un casse-croute à l’Escale entre amis militants, permettant d’établir l’agencement des activités à venir.

 

l_escale

 

Le fait est à signaler. Un service de police a été mobilisé par la préfecture, comprenant trois estafettes de policiers: un car sur l’avenue dans l’entrée basse du cimetière en rénovation, ainsi que deux cars dans l’entrée haute du cimetière, seule partie accessible. Les militants chargés de la sécurité ont réussi à identifier, dans le bâtiment d’en face, trois policiers en train d’effectuer des photographies.

Sans titre-1

Jeune nation

Le Château intérieur par Sainte-Thérèse d’Avila

Sainte-Thérèse d'Avila

Quelques extraits d’un chef-d’œuvre de mystique catholique, magnifique dans ses considérations :

« Aujourd’hui (…) s’offrit à moi ce qui sera la base de cet écrit : considérer notre âme comme un château. » « Considérons que le château a nombre de demeures, les unes en haut, les autres en bas, les autres sur les côtés ; et au centre, au milieu de toutes, se trouve la principale, où se passent les choses les plus secrètes entre Dieu et l’âme. » « Vous pouvez entrer et vous promenez à n’importe quelle heure. » « La porte d’entrée de ce château est l’oraison. » « Vous ne devez pas vous représenter ces demeures l’une après l’autre, comme une enfilade, mais fixer votre regard au centre. » « Que l’âme s’abandonne donc dans les mains de Dieu, avec le moindre souci possible de ses progrès. » « Avant d’aller plus loin, je tiens à vous demander de considérer ce qu’on peut éprouver à la vue de ce château si resplendissant et si beau. » « Cette eau (de vie qui) se répand dans toutes les demeures et toutes les puissances. » « Bien que je ne parle que de sept demeures, elles sont nombreuses dans chacune d’elles en bas, en haut, sur les côtés avec de beaux jardins, des fontaines, des labyrinthes… » « Je ne vois rien qu’on puisse comparer à la grande beauté d’une âme et à sa vaste capacité. » « Fixer votre regard sur le Crucifié et tout vous semblera facile. » « Il ne manquera pas, un jour ou l’autre, de nous appeler, pour nous inviter à nous apprendre de Lui. »

« Il y a beaucoup de demeures dans la maison de mon père (évangile de Jean).

Sainte-Thérèse d’Avila, Le Château intérieur.

« Piss Christ » dehors !

Parution de la brochure Piss Christ Fora

« Pour l’Honneur de Jésus-Christ, de la Corse »
Du 26 juin au 29 septembre 2014, à travers une exposition blasphématoire, la perversion anti-chrétienne sévissait en Corse, terre Mariale pétrie de christianisme. C’est la mise en échec de cette nouvelle manœuvre de subversion mondialisée qui est recensée dans cette brochure.
À Ajaccio, du 26 août au 29 septembre, manifestations publiques, pétitions, interpellations des autorités civiles et religieuses, soutenues pendant ces trente-cinq jours par la grève de la faim de François Veyret-Passini, sont témoins de la réaction spontanée et efficace au-delà même de leurs espérances de ces manifestants.
*
L’auteur : François Veyret-Passini , né en 1964, est Corse, de Bonifacio, par sa mère. Il est marié et père de onze enfants, conducteur de trains, militant catholique et nationaliste.
*
Adresse pour commandes :
M. François VEYRET
88 rue Jean de la Fontaine
38490 SAINT-ANDRÉ-LE-GAZ
20 euros franco de port l’exemplaire.
Règlement par chèque à l’ordre de « François VEYRET ».

Tournée de conférences

Dans le cadre de la parution de sa brochure, M. François Veyret-Passini effectuera une tournée de conférences partout en France à partir du mois de février.
Renseignements et propositions de conférence :
06 29 56 41 49 ou pisschristfora@gmail.com
Toute proposition sera étudiée, M. Veyret-Passini peut se déplacer n’importe où.