La France et l’Europe des fascismes

« Les fascistes français luttèrent pour la paix : mais dès que la France fut entrée dans la guerre, ils se soumirent à la discipline nationale (Darnand, Doriot, Bucard…). »
« Contrairement à ce qui fut tant de fois répété plus tard, il n’y avait pas d’Internationale fasciste. Les fascistes français souhaitaient un régime inspiré des mêmes principes que les régimes allemand et italien, mais ils croyaient à la primauté du fait national sur l’idéologie.« 

« Le fascisme est inséparable du nationalisme : mais les fascistes français furent amenés à se préoccuper d’une entente entre la France et les pays étrangers qui avaient trouvé dans le fascisme la source de leur renouvellement.
On a beaucoup reproché aux fascistes français d’avoir méconnu le génie national, en allant demandé leur inspiration aux pays étrangers. Il est plus exact de dire que ce sont les pays étrangers qui ont parfois emprunté à des penseurs français les éléments doctrinaux de leurs révolutions nationales. »

Pour exemple, l’Allemagne national-socialiste s’est référée à Arthur de Gobineau et Vacher. Le fascisme italien à Georges Sorel. Et le salazarisme à Chales Maurras…

Paul Sérrant, Le romantisme fasciste.

929748111

Publicités