Pierre Laval agent de la Franc-Maçonnerie

pierre-laval_292365

Pierre Laval, ancien SFIO, Chef du Gouvernement sous Pétain, président « officiel » de la Milice française et grand martyr de la collaboration franco-allemande, fait fusillé durant la période improprement nommé « Libération-Épuration », a eu comme constaté ci-dessous, de curieuses accointances avec les francs-maçons :

Révélateur des influences qui jouaient sur l’État français, il faut souligner le coup de chapeau de MM. Goldsschläger et Lemaire à certains membres de Vichy, qui pourchassent moins sauvagement les initiés qu’en France occupée (…), où le Service des Sociétés secrètes exerce une surveillance pointilleuse”.

Si les milieux catholiques et les proches de l’Action française, comme l’amiral Platon, conservent toutes leurs préventions contre les Frères, des responsables politiques tels Pierre Laval n’inscrivent pas la lutte antimaçonnique au rang de leurs priorités essentielles”. « Le chef du gouvernement suspend même, au coup par coup, l’application de l’interdiction qui concerne les francs-maçons et près de deux mille d’entre eux sont réintégrés en 1943«  (1)

*

* *

« Le plus sombre, en somme, mais aussi, dans une certaine mesure, le plus « explicable », étant donné les temps dont il s’agissait, c’est naturellement celui de l’amiral Platon, le seul du reste à figurer (avec Auphan, bien sûr, mais celui-ci pour d’autres raisons) dans le Dictionnaire de la politique française de Henry Coston, qui, lui non plus, n’a pas forcé sur la Marine.

Ceux qui ont connu Charles Jean Guillaume Platon (1886-1944), le dépeignent comme un protestant rigide, ancré dans ses convictions, lesquelles finirent par prendre un tour qui ne pouvait guère mener l’amiral à autre chose que la catastrophe. En effet, sa sincérité n’étant du tout douteuse, il n’y avait aucune chance qu’il virât de bord pour demeurer au plus près du vent de l’Histoire [« Il fut considéré dès les débuts de sa carrière comme un officier d’une valeur exceptionnelle » M. Taillemitte].

D’ailleurs, à rien n’aurait servi sans doute, attendu qu’il était « marqué » depuis 1936 par les communistes. Chargé alors de contrôler le blocus de l’Espagne en proie à la guerre civile, il fut réprimandé par le gouvernement du Front populaire, pour avoir salué un navire rallié au général Franco. Lorsqu’à Vichy il devint ministre, ce fut pour y tenir un rôle particulièrement « à risques » : savoir le contrôle des sociétés secrètes. Son zèle en ce domaine indisposa d’ailleurs Laval, qui, en vieux parlementaire républicain, comptait nombre d’amis francs-maçons. Aussi le chef du gouvernement finit-il par assigner l’amiral à résidence en Dordogne, département où le maquis rouge était sur le point de faire la loi. Est-ce délibérément que Laval précipita ainsi Platon dans la gueule du loup ? Sans vouloir rien affirmer, il nous paraît un peu difficile de croire à un déplorable hasard. En tout cas, ce qui ne pouvait qu’arriver survint : les F.T.P. mirent sans peine la main sur l’amiral Platon, et selon ce qui se raconte encore tout bas sans une région où la peur règne toujours, l’écartelèrent avec des tracteurs. » (2)

Amiral Charles Platon

 « Ces « faveurs » à la maçonnerie ne servirent même pas à Laval. Incarcéré à la Libération, ayant tenté de se suicider pour échapper aux tortures de ses gardiens, il fut réanimé pour être fusillé » (1)

(1) Philippe Ploncard d’Assac, La Maçonnerie, page 259.

(2) André Figuéras, 11 amiraux dans la tourmente, pages 145-146.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s