Antifa et délation

antifas

Pour commencer, voici quelques morceaux choisis :

« Oui, c’est vrai, nous collaborons avec la préfecture et les mairies de Lyon. Cette collaboration prend essentiellement deux aspects :

 informatif : nous tâchons de regrouper le plus d’informations sur les militants d’extrême droite à Lyon : photos, adresses, situation familiale et professionnelle. Nous partageons ces renseignements avec les autorités compétentes.
Juridique : la loi est un outil redoutable. Bien maniée, elle peut permettre de porter de rudes coups aux fascistes en exploitant les vides juridiques ou dépoussiérant des textes tombés en désuétude (normes de sécurité, etc.) »

Malgré que les « antifascistes » détestent officiellement tout ce qui incarne l’ordre, l’autorité ainsi que toutes les structures de pouvoir : antifas et collaboration avec les services de Police, c’est possible… ! Et si jusqu’ici nous les traitions allégrement comme des espèces de bras armés du système, voilà qu’ils le revendiquent en « place publique » !

Voici un autre passage supplémentaire tout aussi croustillant :

« Nous n’avons pas peur de nous salir les mains pour notre cause, n’en déplaise à certaines ! Nous invitons toutes les personnes soucieuses de lutter contre le fascisme à employer nos méthodes. N’hésitez pas à recueillir des informations sur les personnes suspectes : au travail, dans la rue et même en famille. Ensuite envoyez un courrier (vous n’êtes pas obligées de le signer) à votre commissariat d’arrondissement. » (1)

Ils reconnaissent eux-mêmes l’activité salissante a laquelle ils se livrent, puis ils signalent ensuite de ne pas obligatoirement signer un courrier envoyé… ! Lâcheté quand tu nous tiens !

*

Et rappelons que, comme le dit Alexandre Gabriac : « L’extrême gauche(…), contrairement a nous qui avons un projet, qui sommes pour la conquête de l’état, qui organisons des choses politiques, est simplement réuni contre nous, c’est sa seule motivation, son seul but de rassemblement« . (2)
Tout y est, ici se trouve leur tare principale ; si le « Fascisme » est une doctrine, « l’Antifascisme » n’est qu’une contre-doctrine qui n’existe qu’au travers de ce qu’elle combat et qu’elle haït : le Fascisme ou prétendu tel.

*

(1) Source en image ci-dessous.
(2) Alexandre Gabriac, le 8 juin sur la chaîne Toulouse 24 lors de la célébration pour le duc Eudes d’Aquitaine.
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s