Maurice Barrès sur la Patrie et le Juif

Maurice Barrès (1862-1923). Écrivain, académicien et homme politique français, grand voyageur, figure de proue du nationalisme français. On le connaît pour les formules « les lieux où souffle l’esprit » et l’exaltation de « la terre et les morts« . Il est curieusement resté démocrate toute sa vie…

 *

Tiré de son Scènes et doctrines du nationalisme, 1902 :

Les Juifs n’ont pas de Patrie au sens où nous l’entendons. Pour nous, la Patrie, c’est le sol et les ancêtres, c’est la terre de nos morts. Pour eux c’est l’endroit où ils placent leur plus grand intérêt. Leurs « intellectuels » arrivent ainsi à leur fameuse définition : « La patrie c’est une idée. » Mais quelle idée ? Celle qui leur est la plus utile et, par exemple, l’idée que tous les hommes sont frères, que la nationalité est un préjugé à détruire, que l’honneur militaire pue le sang, qu’il faut désarmer et ne laisser que d’autre force que l’argent, etc. Là-dessus faut-il les appeler « sales juifs » ou « première aristocratie du monde » ? Vous en penserez ce que vous voudrez, selon votre tempérament et selon les circonstances. Ce n’est point intéressant. Mais vous ne nierez point que le Juif ne soit un être différent. (1)

*

(1) Paul-Éric Blanrue – Anthologie des propos contre les Juifs, le judaïsme et le sionisme.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s